Une ex-cadre de Nestlé attaque son ancien employeur

Une ex-cadre de Nestlé attaque son ancien employeur

Photo: Keystone

Plusieurs dirigeants de Nestlé, dont le patron Paul Bulcke, sont appelés mercredi à défiler devant un tribunal lausannois. Une ex-responsable de la sécurité alimentaire de la multinationale a porté plainte contre son ancien employeur pour harcèlement moral.

Yasmine Motarjemi a longuement témoigné le 1er décembre devant la Chambre patrimoniale cantonale. 'J'ai pu dire une grande partie de ce que j'avais sur le coeur concernant le harcèlement mais aussi sur la sécurité alimentaire. C'était une délivrance', a déclaré à l'ats l'ex-cadre, qui a perdu son travail et sa santé dans ce conflit.

Nestlé avait engagé en juillet 2000 cette spécialiste de la sécurité alimentaire que le groupe veveysan est allé débaucher à l'OMS. Tout se passe plutôt bien jusqu'en 2006, et l'arrivée de son nouveau supérieur hiérarchique qui n'a de cesse, dit-elle, de la discréditer.

Mise à l'écart

Elle se fait peu à peu marginaliser sur son lieu de travail. Nestlé lui retire des membres de son équipe et lui donne de moins en moins de responsabilités. Plus grave, ses alertes sanitaires restent lettre morte, accuse-t-elle.

Licenciée en 2010, 'détruite mentalement et moralement', elle n'a pas retrouvé d'emploi. Elle réclame un franc symbolique, plus le paiement de 2,1 millions de francs pour ses frais et perte de gain.

Sécurité alimentaire

Au-delà du harcèlement, Yasmine Motarjemi, 60 ans, reproche à Nestlé son 'laxisme' et son 'double langage' en matière de sécurité alimentaire. Elle pointe du doigt un cas de biscuits avec lesquels de jeunes enfants risquaient de s'étouffer. 'Il ne fallait pas attendre qu'un bébé meure pour réagir', estime-t-elle.

Le procès porte sur le harcèlement, pas sur la sécurité alimentaire: 'il s'agit d'un procès d'un employé contre son ancien employeur relevant du droit du travail', a recadré le service de presse de la multinationale.

Nestlé rejette les accusations

Sur le fond, Nestlé rejette fermement les accusations de harcèlement moral et psychologique formulées par la plaignante. Le groupe veveysan n'est 'pas en mesure de faire des commentaires sur les détails de l'affaire', car la procédure judiciaire est en cours et l'entreprise entend faire valoir ses arguments devant le tribunal.

'Les accusations concernant la qualité de nos produits sont totalement infondées', avertit la multinationale. 'La sécurité et la qualité sont nos priorités absolues' ajoute l'entreprise qui précise que plus de 5000 professionnels y veillent dans le monde entier.

Audience de mercredi

L'audience de mercredi devrait voir défiler plusieurs dirigeants ou ex-dirigeants de Nestlé devant le Tribunal d'arrondissement: Paul Bulcke, le patron, José Lopez, ancien directeur opérationnel, Jean-Marc Duvoisin, l'ex-chef du personnel et actuel patron de Nespresso, et Francisco Castañer, qui occupait jusqu'en 2010 des responsabilités administratives au sein de la multinationale, selon une information confirmée en juillet par l'entreprise.

Yasmine Motarjemi s'attend à une audience rude: 'ils vont venir me critiquer', dit-elle. Le tribunal ne donne pas d'information sur le contenu du dossier, mais précise qu'il s'agit d'une séance en 'administration de preuves, qui vise à recueillir les déclarations de parties ou de témoins. Comme telle, ce n'est pas un débat'.

Autres audiences prévues

La Chambre patrimoniale cantonale, autorité de première instance, traite des affaires dans lesquelles l’intérêt en jeu est supérieur à 100'000 francs. Plusieurs autres audiences en administration de preuves sont prévues, la prochaine en principe le 2 février. Puis se tiendront les plaidoiries finales, en audience ou par écrit, à moins que les parties n'aient transigé dans l'intervalle.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.