Une semaine après les attentats de Bruxelles, la traque continue

Une semaine après les attentats de Bruxelles, la traque continue

Photo: Keystone

La police belge tente de mettre la main sur le principal suspect encore en fuite une semaine après les attentats djihadistes qui ont fait 32 morts à Bruxelles. L'aéroport de la capitale belge sera fermé encore mercredi.

Après un travail complexe, les autorités ont terminé mardi l'identification des victimes. Le bilan a ainsi été révisé à la baisse, 'après vérification approfondie', a annoncé le ministère de la Santé, reconnaissant que trois personnes avaient initialement été comptabilisées deux fois parmi les morts.

Selon le parquet de Bruxelles, 17 personnes tuées étaient belges et 15 étrangères (18 en tenant compte des binationaux). Dans la capitale de l'Union européenne, une ville très cosmopolite, des expatriés et voyageurs de treize nationalités différentes ont perdu la vie dans les attaques djihadistes, qui ont également fait 340 blessés dont 94 étaient encore hospitalisés.

La capitale belge, frappée le 22 mars à 07h58 par un double attentat-suicide à l'aéroport de Bruxelles-Zaventem puis, environ une heure plus tard, par un troisième kamikaze dans le métro, garde encore des stigmates des attaques.

Le métro rouvert

L'aéroport, dont le hall des départs a été dévasté, a testé mardi des infrastructures temporaires, avec une simulation de reprise partielle de l'activité. Mais il ne pourra pas encore rouvrir mercredi comme espéré un temps par la société gestionnaire Brussels Airport, qui a déjà prévenu qu'un retour à la normale prendrait 'des mois'.

Une fermeture lourde de conséquences: la compagnie Brussels Airlines a dit vivre 'la plus grande crise' de son histoire, avec un manque à gagner de cinq millions d'euros par jour.

La circulation du métro, elle, doit reprendra mercredi sur l'ensemble du réseau, à l'exception de la station Maelbeek, où s'est fait exploser un kamikaze.

Homme au chapeau

L'enquête, qui avait permis d'identifier rapidement les trois kamikazes et leurs liens avec les commandos du groupe djihadiste Etat islamique (EI), qui ont tué 130 personnes le 13 novembre à Paris, a subi lundi un sérieux revers. La justice a libéré le seul homme inculpé pour les attaques bruxelloises, Fayçal Cheffou, qui s'est avéré ne pas être le troisième poseur de bombe de l'aéroport, recherché depuis une semaine.

Ce suspect-clé, 'l'homme au chapeau' repéré sur des images de vidéosurveillance à côté des deux kamikazes de l'aéroport et qui a abandonné sa valise piégée avant de prendre la fuite, est donc toujours en cavale.

Fayçal Cheffou 'a donné un alibi au niveau de la téléphonie, disant qu'il était chez lui au moment des attentats', a expliqué son avocat Olivier Martins à la télévision RTBF, assurant ne 'rien reprocher au juge d'instruction'.

Nouvelle polémique

Mais le maire de Bruxelles Yvan Mayeur, qui soupçonne Fayçal Cheffou d'avoir tenté de recruter des réfugiés dans un campement pour migrants par le passé, a pourtant semblé déplorer sa libération, jugeant 'ténue' la frontière 'entre un radical agité et un radical recruteur'.

Cette nouvelle polémique s'ajoute à d'autres critiques déjà adressées aux autorités belges, notamment pour défaut de surveillance d'un des kamikazes de l'aéroport, qui n'a pas été inquiété après avoir été arrêté en Turquie puis expulsé l'été dernier.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.