Des députés bernois réclament l’introduction d’une « Alerte enlèvement enfants » sur le plan fédéral

Le dispositif prévoit de diffuser massivement dans les médias, les gares ou sur les autoroutes, un avis de disparition dans les heures qui suivent le kidnapping d’un enfant. Jusqu’ici, les autorités fédérales ont refusé d’entrer en matière. Elles rappellent que les services de police sont du ressort des cantons. Une explication qui ne satisfait pas le groupe autonome au Grand Conseil. Emmené par la députée prévôtoise Hirma Hirschi, il vient de déposer une motion urgente. Les députés demandent que les autorités bernoises fassent pression sur la Conférence intercantonale des Chefs de Départements de police pour qu’elle aborde en urgence l’introduction d’un tel dispositif au niveau national.

Au niveau romand, cent personnalités issues du sport, de la culture, de la politique ou de l'économie, ont signé un appel en ce sens destiné aux autorités fédérales. L’appel est paru ce matin à l'initiative du quotidien le «Nouvelliste». Stéphane Lambiel, Alain Morisod, Lolita Morena, ou Ernesto Bertarelli ont notamment signé ce texte. Une commission des affaires juridiques du Conseil national a par ailleurs indiqué fin août, qu’elle allait déposer deux motions demandant au Conseil fédéral d’introduire un dispositif alerte enlèvement au niveau national et d’un système d’alerte par MMS. /ve

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.