Affaire du lait Nestlé retiré: excuses partielles de Brabeck

VEVEY - Le patron de Nestlé Peter Brabeck a présenté des excuses partielles au ministre italien de la santé Francesco Storace pour les propos tenus dans l'affaire du lait pour bébés comportant des traces d'encre. Il avait parlé de "tempête dans un vers d'eau". "Je reconnais - et m'en excuse sans réserve - une erreur qui m'a amené à dire que les contacts entre votre Agencia Regionale per la Protezione Ambientale (protection de l'environnement) et Nestlé ont eu lieu en juillet-août plutôt qu'en septembre", a écrit M. Brabeck. Le directeur général et président du conseil d'administration de la multinationale veveysanne poursuit en assurant qu'il n'a jamais dit qu'il y avait eu un accord entre M. Storace et Nestlé sur la question du lait portant des traces d'ITX, une encre utilisée sur l'emballage des laits litigieux retirés de la vente cette semaine en Italie, mais aussi France, Espagne et Portugal. M. Brabeck tente ainsi de calmer le jeu après les menaces du ministre italien de porter plainte contre lui suite à ses déclarations de mercredi à Zurich. M. Storace avait qualifié ces affirmations d'"extrêmement graves". Le dirigeant de Nestlé avait parlé de "tempête dans un verre d'eau" concernant l'impact financier sur les comptes du groupe du retrait des laits en Italie. Il ne relativise pas cette expression dans sa lettre au ministre transalpin, mais en précise le contexte. Face à 600 investisseurs, "je devais clarifier le fait que les chiffres fournis par la police italienne étaient faux et même trompeurs", selon la lettre. M. Brabeck campe aussi sur ses positions sur l'essentiel de l'affaire. Il maintient que Nestlé a agi en toute transparence. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.