Conférence de l'OMC à Hong Kong: l'impasse persiste

HONG KONG - L'impasse a persisté à Hong Kong sur les principaux dossiers des négociations au sein de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). L'Union européenne et la Suisse se sont inquiétées de la tournure négative prise par les négociations. A deux jours de la fin de la conférence des 150 pays membres de l'OMC dans la métropole chinoise, une tentative des pays en développement de réduire la portée du texte sur la libéralisation des services a irrité les pays industrialisés. Ceux-ci exigent des concessions sur les produits industriels et les services pour accepter un accord sur l'accès au marché des produits agricoles. Le commissaire européen au commerce Peter Mandelson a affirmé que les "négociations reculent plus qu'elles n'avancent". Le conseiller fédéral Joseph Deiss a exprimé le même type de préoccupation, à l'issue de plusieurs réunions en comité restreint de près de 30 ministres. Les discussions sont restées infructueuses sur la revendication du Brésil et de ses partenaires de fixer à 2010 l'élimination totale des subventions des pays riches aux exportations agricoles. L'UE, dont la Suisse partage la position, a demandé qu'il y ait parallélisme, c'est-à-dire que les Etats-Unis, le Canada, l'Australie, la Nouvelle-Zélande s'engagent à supprimer également leurs subventions déguisées sous la forme de crédits à l'exportation et d'entreprises commerciales d'Etat. Un parallélisme qui n'est pas acquis, selon eux. Déçus par le blocage sur l'agriculture, les pays en développement ont remis en cause non seulement le texte préparé à Genève sur les services, mais aussi celui sur l'accès au marché des produits industriels, notamment la "formule suisse" avec deux coefficients. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.