La BNS resserre sa politique monétaire: loyers pas encore touchés

BERNE - La Banque nationale suisse donne à nouveau un tour de vis à sa politique monétaire. Elle relève, pour la troisième fois en six mois, d'un quart de point la marge de fluctuation du Libor à trois mois, à 1-2%, en visant la zone médiane de 1,5%.Totalement anticipée, la décision de la Banquenationale suisse (BNS) de resserrer d'un quart de point son principal taux directeur a été saluée comme un geste "adéquat" parle patronat et les syndicats. Elle n'aura pas d'impact immédiat sur les loyers.La décision annoncée à Genève répond à une accélération marquée ces derniers mois d'une croissance économique que l'institut d'émission monétaire attend à "un peu plus" de 2,5% sur l'ensemble de l'année 2006.Chez Economiesuisse, le chef économiste Rudolf Walser s'est réjoui jeudi que l'institut d'émission ait choisi de ne resserrer la vis que de 0,25%, et non de 0,5%, comme certains observateurs l'attendaient. Il qualifie la normalisation de "prudente" et d'"adaptée" à la conjoncture.Nécessaire dans un contexte de très claire reprise de l'économie helvétique (+ 3,5% de croissance au 1er trimestre sur un an), la hausse mesurée choisie par les gardiens du franc permet de ne pas trop freiner la conjoncture. C'est un "pas adéquat", a dit Serge Gaillard, secrétaire dirigeant à l'Union syndicale suisse (USS), car "l'inflation est maîtrisée".Pour les locataires (soit quelque 70% de la population), ce troisième tour de vis en six mois signifie toutefois que le répit arrive gentiment à son terme sur le front des taux hypothécaires variables des banques cantonales, les seuls déterminants dans la fixation des loyers.Actuellement arrêtés à 3 % - et cela depuis l'an dernier - ils seront immanquablement amenés à augmenter. Tant la Banque cantonale de Zurich (BCZ) que la Banque Migros tempèrent: la hausse ne sera pas immédiate. Elle est attendue "à moyen terme". Pour l'heure, les établissements bancaires se contentent "d'observer le marché"."Nous avons procédé aux baisses avec un certain retard. Nous avons maintenant aussi quelque délai pour remonter les taux variables", a commenté Roman Oberholzer, porte-parole de la BCZ. L'Association suisse des locataires (Asloca) appelle dans la foulée les établissements cantonaux à faire preuve de "responsabilité sociale". /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.