La croissance économique devrait se poursuivre en 2006

ZURICH - L'économie helvétique poursuivra sa croissance en 2006. Mais la reprise ne profitera pas de la même façon à toutes les branches, selon le Credit Suisse. L'horlogerie et l'industrie pharmaceutique et chimique devraient être les plus performantes.Le produit intérieur brut (PIB) devrait progresser de 1,7% cette année. En 2005, pour la deuxième année de suite, l'économie suisse a connu une croissance supérieure à la moyenne de la dernière décennie, soit de 1,2% en valeur réelle. Les signes avant-coureurs permettent d'espérer une conjoncture favorable pour 2006 et la dynamique ne devrait pas faiblir, selon le Manuel des branches du Credit Suisse.Cette année, la hausse des commandes sur le marché interne conduira à une hausse des investissements en biens d'équipement. La consommation des ménages restera un soutien solide de la conjoncture, mais n'en sera pas le moteur.L'industrie chimique et pharmaceutique connaît encore le plus fort potentiel de croissance, selon le Credit Suisse. Ses possibilités sont grandes en raison notamment de la progression des dépenses de santé qui se traduit par une hausse de la demande. En Suisse, les médicaments représentent environ 10% des dépenses annuelles de santé.L'industrie des instruments de précision obtient le même niveau de potentiel que celui de la branche chimie et pharma. L'horlogerie, sa principale sous-branche, est actuellement favorisée par la demande dans les marques haut de gamme. Dans le moyen et bas de gamme, la concurrence est acharnée et la force du franc rend la pénétration des marchés plus difficile.Pour le reste, la plupart des autres branches économiques étudiées par le Credit Suisse présentent un potentiel jugé moyen, à l'exemple du secteur de la santé. Celui-ci fait les frais d'un environnement réglementé et de la baisse des coûts.La construction, moteur de la croissance l'an dernier, affiche désormais un potentiel inférieur à la moyenne. Les premiers signes de saturation apparaissent et la branche est appelée à se stabiliser cette année. Enfin, sur la trentaine de branches étudiées, l'agriculture est celle qui connaîtra la plus faible croissance. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.