La fidélité de la Suisse à sa monnaie a payé

JéRUSALEM - La Suisse a tiré profit de sa fidelité à sa monnaie nationale au milieu de la zone euro, estime Jean-Pierre Roth, le président de la Banque nationale suisse (BNS). Son indépendance monétaire lui a permis d'afficher des taux d'intérêts moindres.Cette politique modérée de l'institut d'émission en matière de taux d'intérêts a ainsi facilité l'adaptation de l'économie suisse à un environnement qui évolue rapidement, a expliqué M. Roth lors d'un discours tenu à Jérusalem. L'euro a aussi apporté quelques avantages à la Suisse.Il est plus facile d'évoluer entouré d'un grand bloc monétaire que de se mouvoir dans un ensemble de plusieurs monnaies susceptibles de présenter des crises, comme cela était le cas avant 1999. "Actuellement l'euro favorise la stabilité du marché et offre aussi un avantage aux devises tierces, comme le franc", a dit M. Roth, selon le texte de son discours.De toute manière, un petit pays tel que la Suisse doit dans ce cas se montrer prêt à faire face aux réalités du marché. Il faut accepter des variations de cours, même si celles-ci ne correspondent pas, à court terme, aux intérêts de l'économie d'exportation. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.