Le travail ne reprendra pas comme prévu chez Swissmetal

RECONVILIER BE - Le travail ne va pas reprendre comme prévu à l'usine Swissmetal Boillat de Reconvilier, dans le Jura bernois. Les ouvriers veulent d'abord obtenir une lettre d'un juge stipulant que la plainte déposée par Swissmetal durant la grève a été retirée."Le travail ne va pas démarrer mercredi", a expliqué Lucie Lusa, du service de presse de Swissmetal, confirmant une information de Radio Jura bernois (RJB). Après le vote mardi sur la poursuite de la médiation de Rolf Bloch, le travail devait reprendre progressivement après 36 jours de grève.L'interprétation d'une ordonnance d'un juge a retardé la reprise du travail. Ce texte de loi, promulgué durant la grève sur requête de la direction, interdit aux ouvriers l'accès à certaines parties de l'usine. "Les ouvriers exigent que la plainte soit levée avant de se remettre au travail," a expliqué Lucie Lusa, ajoutant que la direction n'avait pas encore pris de décision à ce sujet.Le directeur industriel des sites de Reconvilier et Dornach (SO), Henri Bols, avait évoqué ce problème dans la matinée. Il avait alors précisé qu'il allait écrire une lettre autorisant les employés à se rendre dans les locaux. Mais les ex-grévistes ont voulu davantage de garanties.Reste que la reprise prochaine du travail risque d'être pour le moins tendue en raison de la présence de cadres de Dornach, opposés au mouvement de grève. Dépêchés par la direction, ces responsables sont appelés à remplacer ceux qui ont été licenciés pour avoir soutenu la grève. Les commissions d'entreprise ont lancé un appel au calme.Cinq cadres de Dornach étaient présents mercredi à la "Boillat". Mais Henri Bols n'a pas exclu que des chefs licenciés reçoivent un mandat provisoire durant la médiation afin d'aider les ouvriers à relancer la machine, notamment pour des opérations complexes.Après 36 jours de grève, l'outil de production ne va pas tourner à plein régime avant plusieurs jours, notamment pour des raisons de sécurité. Les premières machines qui seront remises en route seront celles utilisées pour la finition de pièces, a expliqué Henri Bols.Reste que sur place, rien ne semblait avoir changé. La banderole "Usine en grève" était toujours fixée devant le site de production en matinée. Le calendrier accroché à la façade indiquait à présent "Grève: jour 10 + 36". Le décompte s'est donc poursuivi malgré la suspension de la grève. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.