Les introductions en bourse se sont multipliées en 2005

BERNE - Le redémarrage des introductions en bourse (IPO) s'est confirmé cette année en Suisse, avec dix nouvelles cotations, contre quatre l'an passé et aucune en 2003. Les activités d'IPO ont permis de lever au total quelque 3,3 milliards de francs en 2005. Ces dix nouvelles cotations (onze en incluant le transfert de Berne à Zurich de la société d'investissement Nebag) restent toutefois encore en deçà des valeurs du début des années 2000, portées par la bulle internet et technologique. Les activités d'IPO cette année ont permis de lever au total quelque 3,3 milliards de francs. Soit environ cinq fois plus qu'en 2004, où le volume des quatre transactions n'avaient pas dépassé les 625 millions de francs. Les plus grosses opérations, l'IPO de la banque EFG International et celle de la société de logistique Panalpina, ont généré à elles seules près de 1,4 milliard de francs pour la première et un peu plus de 1 milliard pour la seconde. Un volume de transactions encore loin de celui du réassureur Converium en 2001 (2,94 milliards de francs). Autre constat, les nouveaux arrivants affichent un profil diversifié. Outre la banque et la logistique, sont aussi représentées la téléphonie mobile (Esmertec), la télévision numérique (Advanced Digital Broadcasting), la pharmacie (Arpida), la chimie (Dottikon), la biotechnologie (Speedel), l'immobilier (Mobimo), les machines (Winterthur Technologie) et même la vente de détail (Dufry). Les IPO ne se sont pas toujours déroulées sans anicroches. L'échec le plus retentissant est celui de Cablecom. Un jour après avoir dévoilé les détails de sa future cotation, le numéro un suisse des réseaux câblés a annoncé son rachat par le groupe américain Liberty Global. L'opération, agendée initialement en octobre, aurait constitué la plus grosse du genre cette année. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.