Les réforme du FMI et de la Banque méondiale ont été adoptées

SINGAPOUR - Poids plus important accordé aux grandes économies émergentes au sein du Fonds monétaire international et plan anti-corruption dans les pays pauvres à la Banque mondiale: les deux institutions ont adopté deux projets importants mais controversés.Les Etats membres du FMI, réunis à Singapour pour une assemblée annuelle, ont approuvé à une majorité de 90,6% un projet qui va dans l'immédiat augmenter les droits de vote (quote-part) et donc l'influence sur les prises de décision, de la Chine, de la Corée du Sud, de la Turquie et du Mexique.Dans un deuxième temps, d'ici deux ans, le projet approuvé prévoit que le mode de calcul des droits de vote de tous les Etats soit revu. Une deuxième vague de pays émergents en profitera. L'idée est d'accorder plus d'importance à la richesse produite par les pays (produit intérieur brut).Les négociations s'annoncent difficiles. De nombreux pays émergents, en Amérique latine surtout, ont jugé le rééquilibrage proposé très insuffisant. Les ONG accusent les Etats-Unis et l'Europe, qui dominent le FMI, de s'accrocher à leurs privilèges et de ne faire que des concessions minimes.Du côté de la Banque mondiale, le vaste plan anti-corruption de son président Paul Wolfowitz a reçu l'aval de principe de l'instance dirigeante, le Comité de développement. Mais avec des réserves car la plupart des pays membres craignent que la lutte contre la pauvreté, mission première de la banque, soit occultée."Nous sommes nombreux à rappeler que la lutte contre la corruption n'est qu'un des aspects" de la lutte contre la pauvreté, a indiqué la ministre française déléguée à la coopération et au développement, Brigitte Girardin."La nouvelle stratégie de la Banque mondiale sur la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption ne devrait pas mettre en danger la mission principale de la Banque, à savoir la réduction de la pauvreté", a également souligné le ministre sud-africain des Finances, Trevor Manuel.L'ancien "faucon" du Pentagone Paul Wolfowitz, à la tête de la Banque mondiale depuis 15 mois, mène une campagne acharnée depuis le printemps en faveur de sa nouvelle stratégie. Il est en revanche, et sans surprise, plébiscité par le secrétaire américain au Trésor Henry Paulson. "Il faut régler ce problème", a-t-il dit à la presse, "je partage pleinement l'idée de Paul" Wolfowitz. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.