L'OCDE inquiète d'un "Etat actionnaire" envahissant en Russie

BERNE - L'OCDE s'inquiète de la "présence grandissante de l'Etat actionnaire" en Russie dans l'ensemble des secteurs jugés "stratégiques", y voyant une menace à la croissance actuelle. L'orgnaisation évoque notamment le sceteur du gaz tenu par Gazprom."La présence grandissante de l'État actionnaire doit être considérée comme un recul", observe l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) dans son Etude économique de la Russie en 2006.L'OCDE note "une nette tendance à l'expansion de l'État actionnaire et à des interventions directes dans des secteurs stratégiques comme le pétrole, l'aviation, les équipements de production d'électricité, l'automobile et la finance".Elle juge "particulièrement préoccupant (...) l'appétit apparemment insatiable du monopole gazier public Gazprom pour l'acquisition de nouveaux actifs, souvent aux dépens d'un recentrage sur son coeur de métier".Ce groupe en situation de monopole pour les exportations de gaz a acquis en septembre près de 20% du second producteur de gaz russe, Novatek, et mène une politique agressive d'implantation sur les marchés européens. Il s'intéresse aussi de près à des acquisitions dans les médias.Mais "le bilan de l'État en tant que propriétaire de sociétés industrielles et financières est médiocre", met en garde l'OCDE. Et en l'absence de restructuration du secteur, "le maintien de la production gazière russe est de plus en plus incertain", alors que Gazprom est critiqué pour la faible modernisation de son réseau."La gouvernance de beaucoup d'entreprises contrôlées par l'État reste problématique", note l'OCDE, qui souligne le problème de "l'ingérence étatique" dans ces sociétés et leur peu de transparence. Gazprom est largement accusé d'être utilisé comme une arme politique par le Kremlin, par le biais de hausses de tarifs réclamées à ses voisins de l'ex-URSS.Le pétrolier Rosneft, développé sur les ruines de Ioukos, ou la société en situation de monopole d'exportation d'armes, Rosoboronexport, qui a récemment pris le contrôle du géant du titane VSMPO-Avisma, illustrent aussi cette montée en puissance de l'Etat russe dans l'économie.Le rapport évoque cependant le "potentiel d'innovation" de la Russie, avec une population éduquée et "de solides bases scientifiques" permettant le développement de nouvelles technologies, freiné actuellement par le poids du secteur public. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.