OMC: une perte de plus de trois milliards pour les paysans suisses

GENèVE - L'Union suisse des paysans (USP) et les agriculteurs de plusieurs autres pays ont tiré la sonnette d'alarme près de Genève. Les propositions de l'OMC provoqueraient une perte de 3,6 milliards de francs pour l'agriculture suisse.L'agriculture suisse est en danger, a affirmé le directeur de l'USP, Jacques Bourgeois, à la veille d'un marathon ministériel à Genève au cours duquel une décision doit être prise sur des réductions chiffrées des droits de douane agricoles.Les dirigeants agricoles d'une demi-douzaine de pays (Suisse, Norvège, Canada, Japon, Corée, France) ainsi que le président de l'association européenne COPA Rudolf Schwarzböck s'étaient réunis dans une ferme de Genthod (GE), pour dénoncer les effets négatifs d'un accord à l'Organisation mondiale du commerce (OMC).L'USP a chiffré les conséquences d'un éventuel compromis sur la base de la proposition du G20 (groupe mené par le Brésil et l'Inde), soit une réduction moyenne de 54% des droits de douane agricoles. Les paysans suisses perdraient près d'un tiers de leurs revenus annuels.Ils devraient compter sur des pertes de plus de 40% pour les céréales, de 50% pour les légumes, de plus de 50% pour le porc, la volaille, les oeufs. La baisse pour la production de fromages atteindrait environ 24% des revenus actuels, celle pour les fruits 33% et 49% pour le boeuf."Les coûts de production seraient ainsi loin d'être couverts et la production s'arrêterait", a mis en garde M. Bourgeois.Un accord sur la proposition du G20 signifierait pour les 65 000 exploitations agricoles suisses une perte de 3,6 milliards de francs sur des revenus annuels de dix milliards: trois milliards pour l'accès au marché, auxquels s'ajoutent 300 millions liés à la fin des subventions aux exportations et 300 millions de moins pour les soutiens internes, selon l'USP.Le président de l'USP Hansjörg Walter a affirmé que les associations paysannes de 53 pays s'opposent à une trop grande ouverture des marchés. Elle bénéficiera seulement à quelques grands pays exportateurs agricoles, a-t-il souligné.Il faut tenir compte des coûts de production plus élevés en Suisse, a-t-il dit. Il a demandé que les revendications écologiques, sur la sécurité alimentaire, le bien-être des animaux, l'entretien des paysages soient pris en considération cette semaine dans les négociations à Genève. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.