Ouverture du procès du gourou déchu de l'internet Takafumi Horie

TOKYO - L'ancien PDG du groupe internet Livedoor, Takafumi Horie, gourou déchu de la "nouvelle économie" nippone, clame son innocence devant le tribunal de Tokyo. Il comparaît depuis pour un scandale de manipulation comptables et de cours.Arrêté en janvier et libéré sous caution en avril, il est accusé d'avoir manipulé des cours boursiers en diffusant de fausses informations, et d'avoir truqué les comptes de Livedoor pour transformer une perte en bénéfice.La chute brutale du jeune trublion de l'internet, idole d'une partie de la jeunesse, avait profondément choqué la société nippone. Ce d'autant qu'il avait osé, crime de lèse-majesté au Japon, s'attaquer à des entreprises symboles dont le dirigeant aurait pu être son père.L'affaire avait également provoqué un vent de panique à la Bourse de Tokyo, où des milliers de petits porteurs affolés avaient soudainement bradé tout leur portefeuille, manquant de peu de faire exploser le système informatique du marché.Le scandale avait par ailleurs embarrassé le Premier ministre libéral Junichiro Koizumi. Ce dernier avait sollicité et parrainé en septembre 2005 une candidature "indépendante" de M. Horie à un siège de député, mais le jeune PDG avait finalement été battu.Le ministère public accuse M. Horie de s'être enrichi en diffusant de fausses informations relatives à l'acquisition d'une société, afin de manipuler le cours boursier d'une filiale de Livedoor. "Les charges retenues par les procureurs reposent uniquement sur leur imagination", a réfuté un des avocats de M. Horie.Une foule de quelque 2000 curieux a fait la queue devant le tribunal dans l'espoir de décrocher une des 61 places disponibles pour le public. 26 audiences sont prévues sur une période de trois mois pour juger l'ancien PDG. Le verdict pourrait être rendu en février 2007. S'il est reconnu coupable, il risque cinq ans de prison et une amende de cinq millions de yens (55'000 francs).Quatre autres anciens dirigeants de Livedoor, qui ont à l'inverse choisi de plaider coupable, sont jugés depuis le 26 mai à Tokyo, en même temps que deux experts comptables qui se déclarent innocents.Livedoor, dont la capitalisation boursière a fondu de 900 milliards à 100 milliards de yens en quelques mois, a fini par être radié de la cote. Le groupe n'a dû sa survie qu'à une alliance de dernière minute avec l'opérateur de télévision par câble Usen. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.