Prix du pétrole: nouveau record à New York et Londres

NEW YORK - Le prix du pétrole atteint de nouveaux records, en Europe comme aux Etats-Unis. Le baril s'installe bien au-dessus des 75 dollars outre-Atlantique, le cours étant dopé par les craintes que font planer la Corée du Nord et l'Iran.A Londres, en début d'après-midi vendredi, le baril de brut de qualité Brent a gagné jusqu'à 95 cents pour inscrire un nouveau plus haut à 75,03 dollars. Il a ainsi effacé le précédent record atteint le 2 mai, à 74,97 dollars.A New York, le baril de "light sweet crude" pour livraison en août a grimpé jusqu'à 75,7 dollars vers 14h00 (heure suisse) lors des échanges électroniques, en hausse de 64 cents par rapport à sa clôture de la veille. Il a ensuite cédé quelques fractions.Il battait là son précédent record, établi mercredi à 75,40 dollars. La hausse ressort à 24 % depuis le début de l'année. Corrigé de l'inflation, le baril de pétrole reste cependant en dessous des 85 dollars atteints après la révolution iranienne de 1979.La détente sur les cours survenue mercredi après l'annonce que les stocks d'essence américains étaient en hausse, écartant un risque de pénurie à l'heure du départ des estivants sur les routes, a donc été de très courte durée. Le marché se focalise sur les incertitudes."La réponse de l'Iran à l'ensemble de mesures incitatives proposées par l'Occident reste obscure", a expliqué Michael Davies, analyste auprès du broker Sucden. Le négociateur iranien sur le nucléaire, Ali Larijani, a rencontré jeudi le diplomate européen Javier Solana, qu'il doit revoir mardi.Téhéran a averti qu'il ne donnerait pas de réponse définitive à l'offre de coopération des grandes puissances avant août, alors que celles-ci la souhaitent avant la réunion du G8 du 15 au 17 juillet.L'inquiétude est d'autant plus vive que la Corée du Nord a promis jeudi des "actions vigoureuses" contre les pays qui exerceraient des représailles après ses tirs de missiles, réveillant le spectre d'un essai nucléaire.Pour couronner le tableau, au Nigeria, un employé hollandais d'une société de services pétroliers a été pris en otage dans la région pétrolière du Delta du Niger. Outre l'agitation politique actuelle, les cours restent par ailleurs soutenus par de solides fondamentaux sur l'offre et la demande, assurent les analystes. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.