Procès Swissair: 6 mois de prison ferme requis pour Mario Corti

BÜLACH - Le Ministère public zurichois a requis à Bülach (ZH) des peines de prison allant de 6 à 28 mois et des amendes de 38'000 à 1,08 million de francs contre les anciens responsables de Swissair. Mario Corti est le plus chargé des 19 accusés.Au terme d'un réquisitoire de trois jours, le Ministère public, par la voix de son procureur en chef Christian Weber, a requis 28 mois de prison, dont six mois ferme contre le dernier patron de SAirGroup. Il est le seul à se voir doté d'une peine ferme. Le procureur a aussi demandé une amende de 1,08 million de francs à M. Corti, qui est accusé de gestion déloyale, gestion fautive, faux renseignements sur des sociétés commerciales, dommages aux créanciers et avantages à d'autres.A l'encontre de Philippe Bruggisser, patron de Swissair durant près de six ans jusqu'à janvier 2001, le Ministère public réclame une peine de prison de 15 mois avec sursis et une amende de 400'000 francs. L'initiateur de la stratégie du "chasseur" répond de gestion déloyale et mauvaise gestion.Pour Eric Honegger, président du conseil d'administration de SAirGroup et patron entre le départ de Philippe Bruggisser et l'arrivée de Mario Corti en mars 2001, le Ministère public exige une peine de 8 mois de prison avec sursis et une amende de 90'000 francs.Au titre de l'accusation supplémentaire de fraude fiscale, le procureur avait déjà requis une amende de 8000 francs. Il est reproché à l'ancien ministre des finances du canton de Zurich dans une affaire parallèle à la déconfiture de Swissair d'avoir caché une partie de son salaire et de son indemnité de départ, soit 146'000 francs.Accusé de gestion déloyale, de mauvaise gestion, de dommages aux créanciers, faux dans les titres, faux renseignements sur des sociétés commerciales, l'avant-dernier chef des finances du groupe, Georges Schorderet pourrait lui écoper d'une peine de prison de 18 mois avec sursis, accompagnée d'une amende de 160'000 francs.Contre celle qui lui a succédé, Jacqualyn Fouse, le procureur a requis 14 mois et une amende de 720'000 francs. L'Américaine, actuellement cheffe des finances d'Alcon, filiale texane de Nestlé, doit répondre des délits de gestion déloyale, gestion fautive et de dommages aux créanciers. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.