Swissfirst songe à se retirer de la Bourse et à changer de nom

ZOUG - Ebranlée par des soupçons de pratiques illégales lors de sa fusion avec la Bank am Bellevue l'an dernier, Swissfirst envisage tous les scénarios possibles. A côté d'une éventuelle cession, elle évalue un retrait de la Bourse et songe aussi à changer de nom.La raison sociale actuelle est "clairement hypothéquée", affirme le tout nouveau président du conseil d'administration de la banque zougoise, Walter Knabenhans, dans une interview publiée samedi dans "Finanz und Wirtschaft". Il ne veut toutefois pas préjuger dès aujourd'hui du sort qui sera réservé au nom "Swissfirst".Le passage en revue des activités de l'établissement ne privilégie aucun scénario, poursuit M. Knabenhans. Cotée depuis 1999, Swissfirst est surtout connue pour ses activités de banque d'affaires et de gestion institutionnelle, mais est également active dans la gestion de fortune.L'institut financier n'entend se fixer "aucun calendrier contraignant" avant que le Credit Suisse, qui s'est vu confier le mandat de la réorienter, ait présenté les différentes options possibles ainsi que les délais envisageables pour les mettre en oeuvre.Swissfirst est sous le feu des critiques depuis la fin juillet. L'établissement fait l'objet d'enquêtes portant sur ses agissements dans la phase qui a précédé sa fusion avec la zurichoise Bank am Bellevue à la fin 2005.Les responsables de Swissfirst sont en particulier soupçonnés d'avoir rétrocédé des commissions aux gérants de plusieurs caisses de pension. Ces gestionnaires avaient préalablement accepté de vendre leurs titres de la banque aux dirigeants de cette dernière, tout en sachant qu'une fusion allait être réalisée. Pour l'heure, rien n'est prouvé quant aux possibles commissions occultes, les enquêtes sont en cours.Les gérants de caisse qui sont entrés dans le jeu ont néanmoins entraîné de forts manques à gagner pour leurs cotisants, puisque la fusion Swissfirst-Bank am Bellevue s'est traduite par un envol du titre. Les acteurs mis en cause affirment tous avoir agi conformément à la loi.Reste que Swissfirst s'est lancée dans une fuite en avant. L'établissement s'est d'abord publiquement mis entièrement ou partiellement en vente, avant que son directeur et son président ne démissionnent. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.