Swissmetal entend fermer la fonderie de Reconvilier: pas de grève

RECONVILIER BE - Le personnel de l'usine Swissmetal Boillat à Reconvilier (BE) ne se mettra pas en grève dans l'immédiat après l'annonce de la fermeture, quasi certaine, de sa fonderie. Mais il entend mener des actions de désobéissance civique. Réunis en assemblée extraordinaire, les ouvriers ont décidé de s'opposer aux décisions de la direction qui mettraient en péril le site du Jura bernois. "Nous pourrions ainsi refuser de déboulonner des machines qui doivent être transférées", a ainsi expliqué lundi Nicolas Wuillemin, président de la commission du personnel. "Nous pouvons également envisager des débrayages dans certains secteurs", a ajouté M. Wuillemin. Mais il a écarté l'idée d'entamer une grève qui pourrait "faire le jeu de la direction" et pénaliser les clients. Il a également annoncé au personnel la suppression de 80 emplois d'ici à 5 ans. Les ouvriers ont été assommés par cette décision et sont sortis visiblement abattus du hangar où se déroulait cette assemblée du personnel. Le personnel a voté une résolution qu'il transmettra au conseil d'administration. Il y écrit qu'il s'opposera à tout démantèlement de son outil de travail. Il y dénonce le manque de transparence et la stratégie du groupe qui ne respecte pas selon lui le protocole d'accord signé l'an dernier pour mettre fin à la grève. Les cadres du site de Reconvilier ont également eu des mots durs à l'égard de la direction générale à Dornach. "Nous nous sommes vu imposer la stratégie du groupe", a expliqué Eric Aellen du service des ventes pour l'Europe du sud. Sortant de leur réserve, ils ont demandé au conseil d'administration du groupe de revoir son concept industriel. "Je regrette que la direction générale ne soit pas en mesure de présenter les analyses techniques et économiques pour justifier sa décision auprès des cadres, employés et ouvriers de Swissmetal", a affirmé le directeur du site de Reconvilier Patrick Rebstein. Le directeur du site a également demandé aux employés de ne pas entrer dans un "conflit" comme celui qui a débuté il y a une année presque jour pour jour. "Je rappelle qu'un conflit majeur pourrait être fatal à Swissmetal et aux clients de l'Arc jurassien. Patrick Rebstein a annoncé qu'il n'avait pas l'intention de prolonger son mandat au-delà de fin août 2006 dans le contexte actuel. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.