Swissmetal: Martin Hellweg a écrit aux employés de Reconvilier

RECONVILIER - Le patron de Swissmetal Martin Hellweg a pris la plume pour tenter un rapprochement avec les employés de "la Boillat" à Reconvilier. Il a envoyé une lettre de cinq pages aux quelque 320 collaborateurs d'un site qui sort d'une grève de 30 jours.D'emblée, l'Allemand admet son impopularité parmi les ex-grévistes en écrivant "je pense que beaucoup parmi vous vont sans aucun doute dans un premier temps réagir avec rejet à ma lettre". A la suite de quoi, il invite à entamer le dialogue, précise le texte dont l'existence a été dévoilée par "Le Quotidien Jurassien"."Et je tiens ici à faire le premier pas. Peut-être envisagez-vous de le faire vous aussi", ajoute Martin Hellweg. Deux phrases à replacer dans le contexte d'une deuxième ronde de négociations jeudi et vendredi à Tramelan, sous l'égide de Rolf Bloch, le médiateur nommé par le conseiller fédéral Joseph Deiss.Le message de Martin Hellweg s'apparente donc à un appel au dialogue dans l'intérêt de l'avenir de Reconvilier, dont il loue les qualités industrielles. Tout en réénumérant les objectifs futurs pour le site du Jura bernois, il dit avoir été "touché" par les "innombrables attaques" dirigées contre sa personne.La lettre reçue samedi par les employés de "la Boillat" constitue indubitablement un geste des dirigeants de Swissmetal dans un contexte toujours extrêmement tendu.Les employés de Swissmetal Boillat à Reconvilier ne se retrouvent par ailleurs pas sans le sou après leur grève d'un mois suspendue il y a dix jours, le temps d'entamer une médiation. Trois sources permettent de leur verser des indemnités.La principale source de substitution de revenu réside dans la contribution livrée par le syndicat Unia, via son fonds national de grève. Chaque ouvrier syndiqué, soit pas loin de 90 % des quelque 320 grévistes, a ainsi perçu 3000 francs à la fin février.L'ensemble du personnel cette fois a reçu 500 francs provenant du fonds de solidarité populaire géré par Unia. Un versement qui sera complété par un deuxième apport du même ordre de grandeur à l'horizon de la mi-mars, a indiqué Jean-Pierre Chapuis, secrétaire syndical Unia.La troisième source est issue du fonds de grève institué par la commune de Reconvilier. Ce compte affiche une somme d'environ 270'000 francs, qui servira en priorité à dédommager les 29 personnes non syndiquées et qui n'étaient pas à l'assurance durant la grève. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.