Ankara: le pape souhaite l'entrée de la Turquie dans l'UE

ANKARA - Le pape Benoît XVI est arrivé à 11h55 (heure suisse) à Ankara pour une visite délicate de quatre jours en Turquie. Il été accueilli à l'aéroport par le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, un geste exceptionnel.Le Premier ministre a déclaré que le pape lui avait dit lors de son arrivée qu'il était favorable à l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne (UE).Lors d'une conférence de presse consécutive à un bref entretien du pape avec M. Erdogan, ce dernier a expliqué qu'il avait demandé à Benoît XVI de soutenir la candidature turque. Le pape "a dit qu'il souhaitait que la Turquie intègre l'UE", a déclaré M. Erdogan.Il y a quelques années, alors qu'il n'était encore que cardinal, Josef Ratzinger, l'actuel pape, avait suscité la colère de la Turquie en se montrant plus que réticent à une éventuelle adhésion de ce pays à l'Union européenne (UE).Cette visite est la première du souverain pontife dans un pays musulman, rendue d'autant plus périlleuse après son discours de Ratisbonne (Allemagne) le 12 septembre dans lequel il avait semblé assimiler islam et violence. Le discours avait déclenché une violente polémique dans le monde musulman.A son départ de Rome, il a déclaré que l'objectif de sa visite était "un engagement pour la compréhension et le dialogue entre les cultures". Il a précisé aborder ce voyage avec "grande confiance et espoir", qualifiant la Turquie de "pont entre les cultures" occidentale et musulmane.Peu avant l'arrivée du Souverain pontife, M. Erdogan avait affirmé que cette visite allait contribuer à la "paix mondiale". Le premier ministre a assuré que le peuple turc allait faire preuve de "l'hospitalité qui sied à la Turquie" et a déploré les manifestations d'hostilité à la visite du chef spirituel de l'Eglise catholique, qualifiant leurs organisateurs de "groupes marginaux montrant une vision étroite"."Nous sommes d'une religion qui croit en tous les prophètes", a-t-il dit. "Nous aimons, reconnaissons et respectons tous les prophètes comme nous respectons le nôtre." Et d'ajouter: "Ce que disent les autres ne nous intéresse pas." Dimanche, quelque 15'000 personnes se sont réunies à l'appel d'un parti islamiste pour dénoncer la visite papale. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.