Banlieue parisienne: septième nuit de violences urbaines

PARIS - La banlieue parisienne a connu une 7e nuit de violences urbaines avec des heurts entre jeunes et policiers. Un poste de police a été attaqué. Le ministre de l'intérieur Nicolas Sarkozy s'est rendu en Seine-Saint-Denis pour rencontrer la police. Hors caméras et appareils photos, le ministre a visité la salle d'information et de commandement (SIC), centre opérationnel de la Direction départementale de la Sécurité publique (DDSP), et a fait le point sur les événements de la nuit, avec les autorités locales. Les violences ont à nouveau éclaté mercredi soir dans neuf communes de Seine-Saint-Denis. Des affrontements ont opposé des bandes de jeunes aux forces de l'ordre. Une quarantaine de véhicules ont été incendiés et un poste de police a été attaqué, selon les autorités française. Par ailleurs, un garage et une salle de gymnastique ont pris feu et un centre commercial a été partiellement vandalisé. Des centaines de policiers ont été placés en état d'alerte. Les violences dans la banlieue parisienne ont éclaté après la mort, jeudi dernier, de deux jeunes de 17 et 15 ans dans un transformateur électrique à Clichy-sous-Bois. Ils s'y étaient réfugiés en croyant être poursuivis par la police, à tort, selon les autorités. Le président français Jacques Chirac est intervenu mercredi pour réclamer solennellement l'apaisement des "esprits" face à la propagation des violences urbaines. Des peines de un et trois mois de prison ferme ont été prononcées mercredi soir à Bobigny contre deux des six jeunes adultes qui comparaissaient pour des violences urbaines commises lundi soir à Clichy-sous-Bois. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.