"Borat" se moque avant tout des Américains

BERNE - Le film "Borat" où le comédien britannique Sacha Baron Cohen incarne un journaliste kazakh, homophobe et antisémite, est "drôle", estime le ministre de l'Information de ce pays d'Asie centrale. Selon lui, il se moque de l'Américain moyen et non du Kazakhstan.Le gouvernement kazakh menaçait il y a un an M. Cohen de poursuites judiciaires, son personnage présentant le Kazakhstan comme un pays arriéré, aux coutumes racistes et dégoûtantes. "L''art' de Sacha Cohen n'est clairement pas un chef d'oeuvre mais... En réalité il y a vraiment des passages drôles. Et les gens ont envie de rire", reconnaît même M. Ertysbaïev, qui gère également le portefeuille de la Culture.Il estime qu'il faut garder un "sens de l'humour total pour comprendre de façon adéquate le film Borat", et décrit l'humour du comédien britannique comme "noir, insultant, insolent et ouvertement stupide"."Borat", réalisé à la façon d'un documentaire, décrit le voyage d'un "journaliste" kazakh à travers les Etats-Unis, au cours duquel il s'étonne notamment que les femmes n'y soient pas enfermées la nuit dans des cages, et amène les clients d'un bar à chanter son tube: "Jetez les juifs au fond d'un puits".Doté d'un budget de 18 millions de dollars, "Borat" a raflé en deux semaines d'exploitation 74 millions en Amérique du nord et 44 millions ailleurs dans le monde. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.