Bush joue l'apaisement sur la défense et attaque la démocratie

George W. Bush a tenté de rassurer Vladimir Poutine en affirmant, à la veille du sommet du G8, que le bouclier antimissile américain ne vise pas la Russie. Dans le même temps, il a vivement critiqué l'état de la démocratie en Russie et en Chine."La guerre froide est terminée, elle est finie" et le projet de bouclier antimissile est un système "purement défensif qui ne vise pas la Russie", a déclaré le président américain à Prague, première étape d'une tournée en Europe."La Russie n'est pas notre ennemie", a ajouté M. Bush, qui doit tenter d'en convaincre son homologue russe jeudi lors d'entretiens bilatéraux en marge du sommet des pays industrialisés à Heiligendamm, dans le nord de l'Allemagne.La Russie s'oppose vivement au projet américain qu'elle considère comme une menace à sa sécurité nationale. La Chine a elle aussi critiqué le projet. Dans ce contexte tendu, George W. Bush a pris le risque d'ajouter aux tensions en critiquant l'état de la démocratie en Russie et en Chine.Dans un discours prononcé devant une conférence rassemblant des dissidents et des avocats de la démocratie, il a affirmé qu'"on a fait dérailler" les réformes en Russie et que la Chine résistait à l'ouverture politique. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.