Chili: l'ancien dictateur Augusto Pinochet est décédé

SANTIAGO - L'ancien dictateur chilien, le général Augusto Pinochet, est mort à Santiago à 91 ans. Son décès tourne une page noire de l'histoire du Chili auquel il a imposé l'un des régimes militaires les plus répressifs d'Amérique latine.Augusto Pinochet est décédé à 14h15 locale (18h15 en Suisse) à l'hôpital militaire de la capitale chilienne où il avait été hospitalisé dimanche dernier après avoir été victime d'un infarctus du myocarde et d'un oedème pulmonaire.Le vieux dictateur, qui avait gouverné le Chili entre 1973 et 1990, a été frappé d'une crise cardiaque multiple. "Il était entouré par sa famille" au moment du décès, a précisé le docteur Ignacio Vergara, le chef de l'équipe médicale.Le gouvernement a annoncé dans la soirée que l'Etat ne ferait pas de funérailles ni de deuil national pour l'ancien chef de l'armée mais seulement les honneurs militaires. Les funérailles se dérouleront mardi à Santiago.Les dispositions à prendre pour les funérailles constituaient un dilemme pour la présidente Michelle Bachelet dont le père est mort après avoir été torturé dans un camp de prisonniers, à l'époque de la dictature.La dépouille de l'ex-dictateur a été tranférée à l'école militaire de Santiago où une chapelle ardente a été dressée. Des messes seront dites à l'école militaire.Les opposants du général, en apprenant son décès, sont descendus par milliers dans la rue pour célébrer sa mort. Des voitures se sont mises à klaxonner et des milliers de personnes se sont rassemblées sur la Place d'Italie à proximité du centre de Santiago, lieu traditionnel des rassemblements.En revanche, une trentaine de ses sympathisants, qui se trouvaient aux abords de l'Hôpital militaire, ont éclaté en sanglots en apprenant le décès du général. Très émus, les fidèles de l'ex-dictateur ont entonné l'hymne national chilien.De violents incidents ont éclaté à proximité entre les manifestants et la police, faisant au moins six policiers blessés et conduisant à plusieurs arrestations, selon des sources officielles.Les incidents ont éclaté environ quatre heures après l'annonce de la mort, lorsque la police a voulu arrêter une colonne de plus d'un millier de manifestants qui avançaient sur l'avenue Alameda, à proximité du palais présidentiel de la Moneda. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.