Condoleeza Rice obtient des engagements limités de la part d'Israël

JéRUSALEM - Condoleezza Rice a achevé une visite en Israël et dans les territoires palestiniens. Venue soutenir le président palestinien face aux islamistes du Hamas, elle n'a, du côté israélien, obtenu que des engagements limités en faveur des Palestiniens.Mme Rice s'est inquiétée des risques d'implosion sociale dans les territoires palestiniens, alors que le mouvement du président de l'Autorité palestinienne, le Fatah, et les islamistes du Hamas à la tête du gouvernement sont engagés dans une épreuve de force sanglante qui a fait une dizaine de morts.Au cours de son séjour, elle a souhaité la mise en place d'un gouvernement palestinien "capable de répondre aux besoins du peuple palestinien" et qui respecte les exigences de la communauté internationale. Mme Rice faisait allusion au refus du Hamas de reconnaître Israël et les accords conclus dans le passé entre l'Etat hébreu et les Palestiniens.Du côté israélien, Mme Rice s'est entretenue jeudi matin en tête à tête avec son homologue Tzipi Livni, puis avec le ministre de la Défense Amir Peretz. Mercredi soir elle avait dîné avec le chef du gouvernement Ehud Olmert.A l'issue de ces rencontres, le département d'Etat a publié un communiqué précisant qu'Israël avait accepté d'alléger ses entraves à la libre circulation entre Gaza et l'Egypte au poste frontalier de Rafah (Karni) et promis d'ouvrir ce point de passage "à intervalles réguliers" durant le mois du ramadan.Mme Rice n'a rien obtenu de plus d'Israël, qui ne s'est d'ailleurs pas engagé à maintenir le poste, principal point de passage de marchandises de la bande de Gaza ouvert à long terme. Le bureau du premier ministre s'est pour sa part contenté d'indiquer que Karni "serait bientôt rouvert", sans donner de précision sur la date.En revanche, le premier ministre a exclu toute libération de détenus palestinien avant que le soldat israélien Gilad Shalit enlevé fin juin par des groupes palestiniens à la lisière de la bande de Gaza ne soit relâché.Selon les médias, le gouvernement israélien serait prêt à débloquer une partie des sommes dues à l'Autorité palestinienne, mais uniquement pour financer le fonctionnement des hôpitaux et l'achat de médicaments. Sur ce dossier également, les responsables israéliens n'ont pas pris d'engagement précis. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.