Conseil des droits de l'homme: une session se penche sur le Darfour

GENèVE - Les combats se sont intensifiés ces dernières semaines au Darfour et la population vit un cauchemar, a déclaré le secrétaire général de l'ONU Kofi Annan. Une session extraordinaire du Conseil des droits de l'homme s'est ouverte à Genève."Il est essentiel que le Conseil envoie un message uni et clair. La situation actuelle est inacceptable et on ne peut tolérer qu'elle se poursuive. La violence doit cesser", a déclaré Kofi Annan dans un message vidéo à l'ouverture de la réunion du Conseil des droits de l'homme."Je vous demande de ne pas perdre de temps pour envoyer une équipe d'experts afin d'enquêter sur l'escalade des violations au Darfour", a demandé Kofi Annan. Près de quatre millions de personnes ont besoin d'aide, alors que la violence s'étend aux pays voisins, a-t-il souligné.La session a été convoquée le 30 novembre à la demande de la Finlande au nom de l'Union européenne, demande soutenue par 34 pays sur les 47 membres du Conseil, dont la Suisse.Des atrocités continuent d'être commises chaque jour au Darfour, a affirmé ensuite la Haut Commissaire aux droits de l'homme, Louise Arbour. "Les civils continuent d'être la cible d'attaques brutales délibérées et destructrices", a-t-elle déclaré.Au cours des six dernières semaines, 80'000 personnes de plus ont été déplacées, plusieurs centaines de civils, dont des femmes et des enfants, ont été tués, a déploré Mme Arbour. Des viols en masse et d'autres abus n'ont pas cessé, les responsables restent impunis et le conflit déborde désormais au Tchad et en Centrafrique, a-t-elle ajouté.La Haut Commissaire a mis en cause "une recrudescence des attaques contre les civils par les forces armées soudanaises et des groupes armés". "Les témoins et les victimes décrivent beaucoup d'entre elles comme des opérations coordonnées entre les forces gouvernementales et les milices associées", a accusé Louise Arbour.Elle a fait état aussi de "bombardements aveugles par des avions gouvernementaux" et d'entraves placées à l'accès des organisations humanitaires. Mme Arbour a également dénoncé les violences commises par les rebettes, les pillages et actes de torture et demandé "une réponse crédible" de la part du Conseil. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.