Décès de James Brown, le roi du funk et de la soul

WASHINGTON - James Brown s'est éteint à l'âge de 73 ans à Atlanta, a indiqué son agent. Surnommé notamment "Mr Sex Machine", l'Américain fut un des chanteurs noirs les plus populaires. Il a accumulé succès planétaires, cures de désintoxication et séjours en prison.Issu du ghetto noir en Georgie, James Brown débute dans la vie comme ramasseur de coton, cireur de chaussures, rabatteur pour filles de joie. Il se voit condamné pour vol à 16 ans.En prison, il rencontre Bobby Byrd et entre dans son groupe de gospel. Par la suite, il rejoint les Starlighters qui changent alors de nom pour devenir "James Brown and the Famous Flames". Ils délaissent le gospel pour le rhythm'n'blues, plus nerveux.Le groupe grave en 1956 son premier hit: "Please, Please, Please". En 1962, James Brown enregistre à New York l'album "live At The Apollo" qui sera un énorme succès.Deux ans plus tard, il connaît ses premiers tubes. L'album "Out Of Sight" contient "Papa's Got A Brand New Bag" et "I Got You (I Feel Good)", aujourd'hui des classiques. En 1970, c'est l'apothéose avec "Sex Machine".Au milieu des années 70, la vague disco submerge presque James Brown et son funk endiablé. Pourtant il renoue avec le succès grâce à "The Original Disco Man" en 1977. Quatre ans plus tard, il impose "Rap Pay Back".Les Blues Brothers lui confient un rôle de prêtre dans leur film éponyme devenu culte. Le cinéma relance encore sa carrière grâce à "Rocky IV" qui en 1986 lui permet de triompher avec la chanson "Living In America".Connu pour ses performances scéniques survoltées, ses tenues de scène extravagntes et ses capes, il a aussi influencé une génération de chanteurs noirs à l'origine du rap ou du hip-hop. Il laisse plus de 80 albums.Cet homme de tempérament a aussi enchaîné séjours en prison et cures de désintoxication. Trafic de drogue, tentative de fuite, violence conjugale s'ajoutent à son casier judiciaire déjà fourni.En 1988, James Brown est condamné à six ans de prison pour tentative d'agression contre des policiers. Il est mis en liberté conditionnelle au bout de deux ans et demi.Il apprend à fin 2004 qu'il est atteint d'un cancer de la prostate. Veuf, James Brown avait été marié trois fois. D'après des médias américains, il serait mort d'une pneumonie dans un hôpital d'Atlanta où il aurait été admis dimanche soir. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.