Fusillade: une étudiante raconte l'horreur dans sa classe

BLACKSBURG - Erin Sheehan, une étudiante de l'université de Virginia Tech, a raconté lundi sur CNN comment elle avait fait semblant d'être morte pour échapper au tueur. Celui-ci a laissé une vingtaine de personnes gisant sur le sol de sa salle d'allemand."J'étais à mon cours d'allemand de 9h00 quand le tireur est entré et a tiré dans toute la classe", a déclaré la jeune femme, étudiante en première année d'ingénierie mécanique, visiblement encore sous le choc. Armé d'un pistolet, "il mesurait environ 1,80 mètre, il avait l'air jeune, asiatique, habillé d'une manière étrange, presque comme un scout (...), avec une sorte de veste militaire avec du noir", a-t-elle expliqué."Il a passé deux fois la tête dans la salle (...), il est finalement revenu plus tard, il s'est avancé à 1,5 mètre de la porte, et il a commencé à tirer. Il avait l'air très décidé, il a touché presque tout le monde. Moi je faisais semblant d'être morte", a poursuivi la jeune femme."Il est parti environ 30 secondes, il est revenu et il a recommencé exactement la même chose. Je pense qu'il avait entendu que nous parlions encore. Alors nous nous sommes pressés contre la porte pour qu'il ne puisse pas revenir", a-t-elle expliqué."La porte ne voulait pas fermer, et il a essayé de forcer le passage encore trois fois, et il a commencé à tirer à travers la porte. Mais c'était une porte solide en bois, sans fenêtre", a-t-elle poursuivi.Finalement, seulement elle et trois autres étudiants ont pu sortir, escortés par deux policiers qui leur ont dit de partir en courant: "Tous les autres étaient inconscients, soit morts soit grièvement blessés", y compris le professeur. Il y avait environ 25 personnes dans cette classe.D'autres étudiants ont décrit le cauchemar qu'ils ont vécu lundi sur leur campus. Certains ont par ailleurs reproché aux autorités de ne pas avoir fermé l'université suffisamment tôt. Jason Piatt dénonce par exemple la manière dont les autorités universitaires ont réagi après les premiers tirs."Je suis révolté par le fait qu'alors que quelqu'un a été tué par balle dans un dortoir à 7 heures du matin, le premier courriel a ce sujet ne parlait pas de fermer le campus ni d'annuler les cours", a dit Jason Piatt à CNN. "Ils se contentaient de dire qu'ils enquêtaient sur les tirs. C'est ridicule. Et pendant qu'ils envoyaient ce courriel, 21 personnes ont été tuées". /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.