Grande-Bretagne: la pression monte sur Tony Blair

LONDON - La pression est encore montée sur Tony Blair pour qu'il annonce la date de son départ de Downing Street. Six collaborateurs ministériels ont démissionné en protestation contre son mutisme. Les journaux prédisent sa sortie pour juillet 2007.Wayne David, Ian Lucas, Mark Tami et David Wright, tous membres du gouvernement britannique, ont démissionné en raison de l'incapacité du premier ministre "à mettre un terme à l'incertitude" concernant la date de son départ. Quelques heures auparavant, le sous-secrétaire d'Etat à la Défense, Tom Watson, et un autre assistant ministériel, Khalid Mahmood, en avaient fait autant pour les mêmes raisons.Entre 80 et 100 députés travaillistes, soit un tiers des élus, seraient déterminés à signer une autre lettre pour obtenir de lui une date précise lors du congrès annuel du parti fin septembre à Manchester. Le premier ministre a réagi dans une lettre d'acceptation de la démission de Tom Watson en mettant en garde contre le danger des divisions qui menacent le parti travailliste.Selon la presse britannique, l'intéressé, dont c'est le dernier mandat, serait malgré tout en train de céder à la pression. Le Sun affirme dans son édition de mercredi qu'un calendrier a d'ores et déjà été établi et qu'il quittera la direction du Parti travailliste le 31 mai prochain, soit moins d'un mois après son dixième anniversaire au poste de Premier ministre. Il démissionnera huit semaines plus tard de son poste à la tête de l'Etat, selon le tabloïd britannique, après une élection interne au Parti travailliste pour désigner son successeur. Le cabinet de M. Blair s'est refusé à tout commentaire sur ces allégations, sans toutefois les démentir.Après sa troisième victoire électorale consécutive en 2005, Tony Blair avait annoncé qu'il démissionnerait du poste de Premier ministre avant les prochaines élections, prévues en 2009, afin de donner à son successeur le temps de s'installer dans ses fonctions. Certais craignent que le silence de M. Blair ne paralyse l'action gouvernementale dans les mois à venir. Downing Street redoute pour sa part qu'une annonce de départ lui ôte immédiatement toute autorité et provoque une sortie encore plus rapide que prévu. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.