Grippe aviaire: légère mutation du virus en Turquie, selon l'OMS

GENèVE - Les analyses réalisées à Londres sur les cas de deux enfants morts en Turquie de la grippe aviaire ont montré une légère mutation du virus H5N1, a annoncé l'OMS. Elle pourrait faciliter la transmission de la maladie de la volaille vers l'homme.Les analyses complètes effectuées à l'Institut de recherche médicale de Mill Hill, à Londres, ont permis de constater que les virus ayant infecté les deux enfants décédés début janvier sont très similaires au virus H5N1 ayant contaminé la volaille en Turquie, indique l'Organisation mondiale de la santé (OMS).Ils sont aussi très semblables aux souches analysées lors de la flambée épidémique majeure intervenue parmi les oiseaux migrateurs à partir du mois d'avril de l'an dernier dans la réserve naturelle de la province de Qinghai, en Chine. Ce constat confirme l'importation des cas en Turquie à partir de l'Asie par les oiseaux migrateurs.Les experts s'inquiètent d'une légère modification de la séquence génétique du virus H5N1 analysée sur l'un des patients. Cette mutation a déjà été identifiée lors de deux cas survenus à Hong Kong en 2003 (dont l'un mortel) et d'autres cas en 2005 au Vietnam.Les recherches avaient alors montré que la souche de Hong Kong facilitait la transmission de la maladie de l'animal à l'être humain. Les chercheurs londoniens estiment que ce caractère plus agressif devrait se confirmer avec des analyses ultérieures sur la souche turque."Il est cependant encore trop tôt pour dire si la transmission du virus de l'animal à l'homme est ainsi plus facile", a nuancé une porte-parole de l'OMS, Fadela Chaïb.Elle a souligné que l'équipe d'experts sur place en Turquie ne fait état d'aucun cas de transmission directe d'homme à homme du virus.La France a étendu jeudi les mesures de confinement des volailles à plus de la moitié de son territoire face à la menace d'une pandémie de grippe aviaire, a annoncé le premier ministre Dominique de Villepin. 58 départements sont concernés.De son côté, l'Asie veut accélérer la formation d'experts. Les représentants de 21 pays ont plaidé vendredi à Tokyo pour accélérer la formation de spécialistes sur la grippe aviaire. Lors de cette conférence, le groupe pharmaceutique bâlois Roche a promis davantage de Tamiflu. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.