Hongrie: des manifestations assombrissent le 50e anniversaire

BUDAPEST - Les célébrations du 50e anniversaire du soulèvement de 1956 ont été assombries à Budapest par des manifestations. Celles-ci ont entraîné une intervention musclée de la police, alors que l'opposition de droite boycottait le programme officiel.La police a tiré des balles en caoutchouc sur des milliers de manifestants d'extrême droite rassemblés non loin du parlement, a constaté un photographe de l'AFP. Selon lui, plusieurs personnes ont été blessées. La télévision hongroise a elle fait état de quatre à cinq blessés légers.Des affrontements entre manifestants et forces de l'ordre se sont déroulés à différents endroits, tous dans un périmètre de quelques centaines de mètres dans le centre de Budapest. Un épais nuage de fumée dû aux gaz lacrymogènes surplombait le quartier. La plupart des manifestants ont ensuite été dispersés par la police montée.Non loin des lieux des affrontements, le principal parti de l'opposition conservatrice, Fidesz, a rassemblé plus de 10'000 personnes sur la place Astoria en fin de journée.Son dirigeant, l'ancien Premier ministre Viktor Orban, a appelé au boycottage des cérémonies officielles. Il a une nouvelle fois réclamé la démission du Premier ministre socialiste Ferenc Gyurcsany comme il le fait depuis un mois.Les médias hongrois avaient révélé le 17 septembre dernier les aveux de mensonges de M. Gyurcsany, au cours d'une réunion à huis clos, sur sa politique de rigueur économique dans le but de s'assurer la réélection en avril dernier.Les cérémonies officielles ont auparavant débuté avec un lever des couleurs nationales devant le parlement, alors que retentissait l'hymne de la Hongrie démocratique. Puis les invités d'honneur ont solennellement déposé des roses blanches devant le monument de marbre noir dédié au soulèvement.Les délégués, dont une vingtaine de chefs d'Etat européens parmi lesquels le président de la Confédération Moritz Leuenberger, ont ensuite adopté solennellement une "Déclaration de la liberté, 1956". Ce texte, retraçant les événements de l'automne 1956, précise que "naître libre est un cadeau, mais vivre libre est une responsabilité".L'insurrection contre le régime soviétique avait débuté le 23 octobre 1956 par une manifestation étudiante. Elle fut écrasée dans le sang le 4 novembre par les chars envoyés par Moscou. La répression avait fait 2800 morts et 12'000 blessés dans /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.