Infirmières bulgares: le contrat d'armement "pas une contrepartie"

Le fils du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, Seif Al-Islam, a dit que le contrat d'armement signé par Tripoli avec une filiale d'EADS n'était "pas une contrepartie" à la libération des infirmières et du médecin bulgares."Je n'ai pas lié la libération des infirmières et l'achat par la Libye de missiles Milan", a affirmé Seif al-Islam, faisant allusion à son entretien avec le quotidien français "Le Monde" publié mercredi. Dans cette interview, il avait déclaré que "les Français ont trouvé l'argent pour les familles. Mais je ne sais pas où ils l'ont trouvé". Il avait assuré "qu'aucun argent libyen" n'a été livré à ces familles. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.