Irak: couvre-feu pour éviter des violences communautaires

BAGDAD - Un couvre-feu a été décrété à Bagdad et dans trois provinces irakiennes pour limiter les heurts à la sortie des mosquées entre communautés chiite et sunnite. Plusieurs imams ont appelé à l'unité, éloignant quelque peu le spectre d'une guerre civile.Le couvre-feu imposé jeudi soir a été prolongé jusqu'à vendredi 16h00 à Bagdad ainsi que dans les provinces de Diyala, Babylone et Salaheddine, où se trouve la ville sunnite de Samarra. Le dynamitage d'un mausolée sacré de cette ville mercredi avait déclenché un cycle de violences et de représailles qui avait fait au moins 130 morts.A Bagdad, des barrages ont été mis en place pour empêcher tout déplacement entre les différents quartiers de la ville. A Samarra, l'interdiction de circuler était totale et les forces de sécurité avaient reçu l'ordre de tirer sur tout contrevenant. Les rues étaient totalement désertes et ni piétons, ni voitures ne circulaient.Les mosquées ont relayé par haut-parleurs les appels au couvre-feu. Plusieurs dirigeants religieux chiites et sunnites ont profité de la prière du vendredi pour défendre la cause des sunnites. Selon eux, l'attaque vient des "terroristes partisans de Saddam Hussein et takfiris", extrémistes sunnites.En dépit de ces appels, un muezzin chiite et un prédicateur sunnite ont été tués au nord et au sud de Bagdad, selon la police. Les corps de treize personnes, les mains liées et criblées de balles, ont aussi été découverts dans différents quartiers de la capitale. On ignorait si ces décès étaient liés au cycle de représailles. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.