Irak: une attaque à la voiture piégée fait au moins 70 morts

WASHINGTON - Un attentat a fait 60 morts à Bagdad. Cette attaque, l'une des plus meurtrières depuis le renversement de Saddam Hussein, met sous pression le gouvernement irakien qui peine à organiser une conférence de réconciliation nationale."L'explosion a été énorme. Plus personne n'était debout. Je croyais que tout le monde était mort", a raconté un travailleur chiite sur place au moment de l'attentat qui a ravagé Tayaran Square, une place très fréquentée dans le quartier de Roussafa, dans le centre ville de Bagdad.Selon un dernier bilan, au moins 70 personnes ont été tuées et 236 autres blessées sur cette place où les travailleurs occasionnels, en majorité des chiites, attendent des employeurs.Dans le sillage de l'attentat, de nombreuses explosions ont retenti à Bagdad où les violences confessionnelles ont fait des milliers de morts depuis l'attentat de Samarra en février. Le 23 novembre, l'explosion de plusieurs voitures piégées dans le quartier radical chiite de Sadr City avait tué au moins 205 personnes dans l'attentat le plus meurtrier en Irak depuis 2003."Il y a eu un incident entre une BMW et une voiture de police", a raconté un témoin. "Les policiers ont ouvert le feu et la voiture a explosé. Les gens se sont réfugiés près d'un immeuble, c'est à ce moment qu'une camionnette est arrivée là où il y avait le plus de monde, et a explosé". Cette deuxième explosion oeuvre d'un kamikaze a été entendue dans toute la ville.Le Premier ministre Nouri Al-Maliki, un chiite, a vivement condamné l'attentat. "Une nouvelle fois des terroristes, les Takfiris (extrémistes sunnites) et leurs alliés Saddamistes ont commis un pogrom qui a tué d'innombrables innocents. Ce pogrom montre que ces groupes tentent de créer le chaos et de faire croître les divisions confessionnelles".Un caméraman travaillant pour Associated Press a été tué à Mossoul, dans le nord de l'Irak, a annoncé l'agence de presse américaine. Le reporter s'apprêtait à filmer des affrontements entre miliciens rivaux.Il y a un an, un autre caméraman d'AP avait été tué dans le même secteur. Selon le Comité pour la protection des journalistes, basé aux Etats-Unis, 89 journalistes et 37 employés de médias ont été tués en Irak depuis l'invasion militaire américaine de mars 2003. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.