Israël suspend ses frappes au Liban - l'ONU déplore le raid de Cana

JéRUSALEM/NEW YORK - Israël a suspendu pour 48 heures ses frappes aériennes au Liban, à la suite de la mort de plus de 60 personnes dans un raid aérien à Cana. A New York, le Conseil de sécurité de l'ONU a "déploré" ces morts, mais sans les condamner.Israël prendra aussi des dispositions avec les Nations unies pour aménager une période de 24 heures pendant laquelle les habitants du Liban-Sud pourront quitter la région s'ils le souhaitent, a déclaré Adam Ereli, le porte-parole du département d'Etat américain, lors d'un point de presse à Jérusalem.L'Etat hébreu "se réserve le droit, évidemment, d'agir contre des cibles préparant des attaques contre lui", a toutefois ajouté M. Ereli. Il s'exprimait à l'issue de longs entretiens de la secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice avec le premier ministre israélien Ehud Olmert et la ministre des affaires étrangères Tzipi Livni.A New York, le Conseil de sécurité de l'ONU s'est déclaré "extrêmement choqué et bouleversé" par la frappe israélienne sur Cana. Dans une déclaration adoptée à l'unanimité, il a "déploré fortement la perte de vies innocentes", sans toutefois condamner ce raid meurtrier, en raison de l'opposition des Etats-Unis.L'exécutif onusien a demandé au secrétaire général Kofi Annan de rendre un rapport dans une semaine sur "les circonstances de ce tragique incident".Il a souligné la nécessité d'établir un "cessez-le-feu durable, permanent et viable" et affirmé sa détermination à travailler "sans plus tarder à l'adoption d'une résolution pour régler durablement la crise". Le texte ne fait toutefois référence à aucun cessez-le-feu immédiat.Le Conseil va maintenant "travailler en vue de l'adoption d'une résolution" visant à faire cesser les hostilités et apporter un règlement durable du conflit, a souligné l'ambassadeur français Jean-Marc de la Sablière, qui préside le Conseil en juillet.La France a introduit dimanche un projet allant en ce sens, qui prévoit notamment de jeter les bases nécessaires à un accord-cadre politique en vue "d'un cessez-le-feu permanent et d'un règlement durable". Ce texte, qui "appelle à la cessation immédiate des hostilités", pourrait faire l'objet dès lundi de premières discussions formelles. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.