L'armée israélienne a commencé à se retirer du Liban sud

JéRUSALEM - La trêve entre le Hezbollah et Israël est entrée dans son 2e jour sans accroc majeur. Mais le parti chiite proclame son refus d'un désarmement immédiat. L'Etat hébreu, qui a commencé à retirer ses soldats du Liban sud, veut poursuivre les miliciens.Une dizaine de roquettes ont été tirées près de positions occupées par l'armée israélienne au Liban sud dans la nuit sans faire ni victime ni dégâts, selon une porte-parole de l'armée, qui n'a pas riposté.L'armée israélienne poursuivait en outre mardi le retrait de ses troupes du Liban sud, a indiqué un porte-parole militaire. Il a cependant refusé de donner des précisions sur l'ampleur de ce mouvement, qui a débuté lundi, et sur la date prévue pour la fin de ce retrait.Selon le quotidien Haaretz, qui cite des responsables au ministère israélien de la Défense, une force d'avant-garde des Nations unies devrait commencer à se déployer au Liban dans un délai de 24 à 48 heures. Le premier ministre Ehud Olmert a averti lundi que son pays "n'accepterait pas la moindre atteinte à sa souveraineté" et poursuivrait le Hezbollah "en tout lieu et en tout temps".Le Hezbollah, qui contrôlait le sud du Liban depuis le retrait israélien de mai 2000, a lui exclu un désarmement immédiat: "La question du désarmement (...) doit être réglée par le dialogue entre Libanais", a affirmé lundi le chef du parti chiite, Hassan Nasrallah.Le ministre libanais de la Défense Elias Murr a souligné que le rôle de l'armée libanaise n'était pas de désarmer le Hezbollah. Il a toutefois assuré qu'une fois qu'elle serait déployée au Liban sud, "il n'y aurait plus ni armes, ni présence armée sur le terrain autre que celle de l'armée et de la Force intérimaire des Nations unies (FINUL)", dont les effectifs doivent passer de 2000 à 15'000 hommes avec un mandat renforcé.Au Liban, des milliers de familles de déplacés ont commencé à rentrer. Aux abords de Saïda, porte d'entrée au Liban sud, de gigantesques bouchons se sont formés dès lundi matin. Depuis une heure du matin mardi, une file ininterrompue de voitures, camions et fourgonnettes surchargés emprunte en roulant lentement un passage de fortune établi sur le fleuve Litani qui ouvre la voie vers Tyr. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.