Le CICR condamne les attaques quotidiennes en Irak

BERNE - "Profondément choqué", le CICR a vigoureusement condamné les attaques délibérées contre les civils en Irak. L'organisation va intensifier ses contacts auprès de toutes les parties et renforcer son aide dans la mesure du possible.Des centaines de personnes ont perdu la vie ces derniers jours lors d'attaques directes contre des civils. Attentats à la voiture piégée, tirs, enlèvements et meurtres sont devenus courants. Des corps gisent dans les rues, mutilés et non identifiés dans bien des cas, s'indigne le Comité international de la Croix-Rouge (CICR)."Nous sommes profondément choqués par ces attaques quotidiennes, souvent suivies d'actes de vengeance aveugles et caractérisées par un effroyable manque de respect pour la dignité humaine. Les attaques contre les civils ne font qu'alimenter la spirale de la violence", a affirmé Karl Mattli, chef de la délégation du CICR en Irak.Le CICR intensifie ses contacts avec toutes les parties au conflit, y compris "une douzaine" d'acteurs non-étatiques, afin de faire respecter le droit international humanitaire, et en particulier d'épargner les civils.Travaillant dans des conditions de sécurité difficiles, le CICR concentre actuellement ses activités sur le système de santé irakien, en soutenant plusieurs hopitaux. L'organisation emploie 400 personnes dans le pays, dont 352 Irakiens, pour un budget de 38 millions de francs.M. Comninos a précisé que onze expatriés sont basés dans la partie kurde en permanence, alors que les 37 autres expatriés sont à Amman, en Jordanie, d'où ils font des visites régulières à Bagdad, Bassorah et ailleurs dans le pays."L'insécurité ne permet malheureusement pas de donner une réponse humanitaire satisfaisante, mais nous allons augmenter de 20 millions de francs dès l'année prochaine notre budget pour couvrir des besoins qui sont immenses", a expliqué M. Comninos. L'organisation prévoit de soutenir 50'000 familles déplacées par les violences en coopération avec le Croissant-Rouge irakien.L'institution n'a pas encore signé un accord avec les autorités de Bagdad pour avoir accès aux détenus dans les prisons irakiennes. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.