Le Liban rejette le projet franco-américain à l'ONU

BEYROUTH - Le gouvernement libanais a affirmé son opposition au projet de résolution franco-américain et va demander une modification du texte, a affirmé une source gouvernementale. Israël a lui accueilli plutôt favorablement le projet."Le gouvernement libanais est opposé au projet franco-américain et a envoyé au représentant du Liban à l'ONU, le ministre par intérim des Affaires étrangères Tarek Mitri, un texte modifié incluant les revendications libanaises", a indiqué cette source.Le Conseil de sécurité des Nations unies a commencé ses discussions samedi après-midi sur le projet de résolution franco-américain appelant à la cessation des hostilités au Liban.Selon cette source gouvernementale libanaise, "le projet franco-américain n'est pas conforme aux intérêts et aux revendications libanaises visant à mettre fin au conflit"."Le Liban veut que le projet se base sur le plan en sept points présenté par le gouvernement libanais qui inclut un retrait israélien du territoire qu'il occupe au sud et la mise sous l'autorité de l'ONU des fermes de Chebaa occupées par Israël", souligne cette source gouvernementale.Le plan libanais exige un cessez-le-feu immédiat et global pour mettre fin à l'offensive israélienne déclenchée le 12 juillet.Il prévoit un échange de prisonniers entre le Hezbollah et Israël et l'envoi de l'armée libanaise dans le sud du Liban.Il envisage aussi le renforcement de la Force intérimaire de l'Onu au Liban (Finul), la mise du secteur frontalier des Fermes de Chebaa occupées par Israël sous juridiction onusienne et la réactivation de l'accord d'armistice libano-israélien de 1949.Ce plan a été adopté par l'ensemble du gouvernement libanais, y compris par les deux ministres du Hezbollah.Israël a lui accueilli plutôt positivement le projet franco-américain, tout en réservant sa réponse.Le texte a été jugé samedi "très important" par le ministre israélien du Tourisme, Yitzhak Herzog, qui assume un rôle de porte-parole du gouvernement israélien."C'est très important car ce projet montre que l'on entre dans la phase de la diplomatie", a déclaré M. Herzog à la radio télévision publique.Israël "doit encore en connaître tous les détails pour se prononcer, d'autant que le projet est encore susceptible d'être modifié", a-t-il ajouté."En attendant que la résolution entre en vigueur, l'armée continuera à agir" au Liban, a ajouté le ministre israélien.Il a toutefois estimé que le "temps presse" et que l'armée devra achever dans les prochains jours son offensive. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.