Le monde asiatique ne tolère pas l'essai nucléaire nord coréen

SéOUL - D'intenses efforts diplomatiques ont été déployés afin de dissuader la Corée du Nord de procéder à un essai nucléaire. Ce projet est vivement condamné à travers le monde, à l'exception de la Chine qui a simplement appelé à la "retenue".Le Conseil de sécurité de l'ONU s'apprêtait à se réunir sur la question, à l'invitation des Etats-Unis, qui avaient qualifié mardi d'"irresponsable" et de "provocante" l'annonce par Pyongyang mardi d'un futur essai nucléaire. La Corée du Nord avait déjà affirmé en février 2005 s'être dotée de la Bombe, mais sans jamais le prouver par un essai. Chez les voisins asiatiques du Nord, la promesse d'un tel essai a entraîné une levée de boucliers.Seule la Chine a été plutôt réservée. Pékin s'est contenté d'inviter la Corée du Nord à faire "preuve du calme et de la modération nécessaires sur cette question d'essai nucléaire".Pékin fournit non seulement une aide alimentaire vitale, mais également une aide énergétique indispensable à la Corée du Nord. De nombreux analystes soulignent que la Chine serait le seul Etat à pouvoir contraindre Pyongyang à revenir sur sa décision.La Corée du Sud, autre pays dont le soutien est crucial, a en revanche directement menacé de geler son aide économique de plusieurs dizaines de millions de dollars. Cette aide n'avait été que très brièvement suspendue en juillet après les tirs d'essai de missiles nord-coréens qui avaient déjà été condamnés par le Conseil de sécurité de l'ONU.Séoul a mis en alerte son armée et renforcé la surveillance, en particulier sur la ligne de démarcation ultramilitarisée intercoréenne. Les deux pays sont toujours théoriquement en guerre, en l'absence d'un traité de paix à la suite de la guerre de Corée (1950-53).Le Japon, qui plaide pour la fermeté par rapport à Pyongyang, a exhorté à constituer un front uni avec Pékin et Séoul. "L'annonce de la Corée du Nord est extrêmement regrettable. Si elle ose le faire, cela ne lui sera jamais pardonné", a déclaré le premier ministre japonais Shinzo Abe.Le Vietnam a pour sa part appelé les différents acteurs de la crise coréenne à la mesure, demandant en particulier la reprise des négociations à six.Le Pakistan a affirmé que la menace de la Corée du Nord soulevait sa "profonde préoccupation". Enfin, le gouvernement indonésien a estimé qu'un essai nucléaire nord-coréen serait "inacceptable". /ATS
Partager
Link

Galerie photos liée

29.06.2011
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.