Le putsch était nécessaire pour l'unité de la Thaïlande (Sonthi)

BANGKOK - Le général Sonthi Boonyaratglin, leader apparent du coup d'Etat à Bangkok, a déclaré mercredi que ce putsch était nécessaire pour favoriser l'unité de la Thaïlande. Il a ajouté que les militaires n'avaient pas l'intention de s'éterniser au pouvoir."Nous avons pris le pouvoir", a annoncé le général Sonthi, 59 ans, dans un discours à la télévision au lendemain du renversement du premier ministre Thaksin Shinawatra. Il a confirmé que les militaires avaient mis fin à la Constitution, au Sénat, à la Chambre des Représentants, au gouvernement et à la Cour constitutionnelle."Nous avons estimé que le premier ministre par intérim (Thaksin) avait provoqué un clivage sans précédent dans la société, une corruption répandue, du népotisme et de l'ingérence dans des agences indépendantes qui n'arrivaient plus à fonctionner", a-t-il dit, ajoutant: "Si le gouvernement intérimaire était autorisé à fonctionner, il affecterait le pays".Et le général Sonthi a poursuivi: "Ils ont insulté le roi de manière répétée. C'est pourquoi le Conseil (dirigé par les militaires) devait s'emparer du pouvoir pour contrôler la situation, rétablir la normalité et créer l'unité dans les plus brefs délais". L'auteur apparent du coup d'Etat a conclu: "Le Conseil n'a pas l'intention de gouverner mais (entend) rendre le pouvoir au peuple dès que possible".Un vice-premier ministre thaïlandais, considéré comme un fidèle lieutenant du premier ministre renversé Thaksin Shinawatra, est détenu au quartier-général de l'armée depuis le coup d'Etat de mardi soir, ont par ailleurs indiqué mercredi à l'AFP des responsables militaires. Il s'agit de Chidchai Vanasathidya qui occupait les fonctions de ministre de la Justice, en charge de la sécurité, dans le gouvernement Thaksin. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.