L'humoriste belge Raymond Devos décède à l'âge de 83 ans

PARIS - Raymond Devos est mort à 83 ans à son domicile près de Paris. L'humoriste belge exerçait son art subtil depuis près de soixante ans. "Le rire, disait-il, est le propre de l'homme parce qu'il est le contrepoids de l'intelligence".Hospitalisé plusieurs mois pour une attaque cérébrale, l'humoriste est décédé à Saint-Rémy-les-Chevreuse, ont indiqué ses proches. "Raymond Devos voulait mourir car, diminué, il n'avait plus la scène et ne pouvait plus écrire", a expliqué Jean-Marc Desponds, directeur du Théâtre de Beausobre à Morges (VD)."C'était quelqu'un qui flirtait avec la mort. Il en parlait beaucoup dans ses spectacles et rêvait de mourir sur scène", a-t-il dit à la Radio suisse romande.Raymond Devos était connu dans toute la francophonie pour ses jeux de mots et son sens de l'absurde. Un exemple: "Il paraît que quand on prête l'oreille, on entend mieux. C'est faux! Il m'est arrivé de prêter l'oreille à un sourd. Il n'entendait pas mieux." On lui doit aussi cette formule: "Un croyant, c'est un antiseptique".Né en 1922 à Mouscron, en Belgique, il accompagne ses parents qui s'installent deux ans plus tard dans le nord de la France. La famille gagne Paris en 1931.Et Raymond Devos veut devenir comédien. Après la libération, il prend des cours de théâtre et débute à Paris au "Sexy" de Pigalle entre deux numéros de strip-tease. Il se produit ensuite dans d'autres cabarets. "Je me suis fait tout seul, disait-il. D'ailleurs, je me suis raté".Raymond Devos accumule les distinctions dès les années 1980. Il se met aussi à publier des recueils de ses sketches, dont "Matière à rire", "Sens dessus dessous" ou "A plus d'un titre". En 2002, il signe son premier roman: "Les 40es délirants"..Depuis dix ans, de graves problèmes cardiaques l'avaient obligé à lever le pied. Ses derniers mois auront été entachés par une bataille judiciaire concernant son hospitalisation: une femme se disant sa compagne avait demandé à lui rendre visite alors que, selon sa famille et l'hôpital, l'humoriste refusait de la voir.Les hommages ont afflué. Le président français Jacques Chirac par exemple a salué "un artiste immense (...) un irrésistible funambule des mots, un éblouissant magicien de la langue française, un très grand poète de l'humour." /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.