Liban: une foule immense manifeste contre le Premier ministre

BEYROUTH - Une foule immense a réclamé la démission du gouvernement libanais au cours d'un rassemblement à l'appel du Hezbollah et de ses alliés. Le cabinet du Premier ministre Fouad Siniora est accusé d'être à la solde des Américains.Quant à Ségolène Royal, candidate socialiste à la présidentielle française en tournée au Liban, elle a pressé tous les protagonistes de la crise libanaise de reprendre "le fil du dialogue". "Le temps est compté, à tout moment les choses peuvent basculer", a affirmé la politicienne française.Mme Royal a insisté pour la tenue d'"une conférence internationale rapide", qu'elle a jugée "indispensable". Cette tournée au Proche-Orient est le premier voyage à l'étranger de Mme Royal depuis son investiture par le parti socialiste.A Beyrouth, des centaines de milliers de personnes ont défilé dans le centre de la capitale, sous sécurité maximale. En fin de journée, des groupes de manifestants ont bloqué les accès au siège du gouvernement, où se trouvaient M. Siniora ainsi que plusieurs de ses ministres.Les manifestants ont dressé de grandes tentes blanches dans les rues menant au bâtiment, juste en face d'une haie de barbelés et d'un cordon de plusieurs centaines de soldats, appuyés par les blindés, en place depuis le matin pour tenir la foule à distance."Personne ne peut entrer ni sortir. Nous resterons là jusqu'à la chute du gouvernement Siniora", a déclaré l'un des organisateurs de la manifestation. Le soir venu, les manifestants se préparaient pour la nuit, après une distribution de paillasses, de nourriture, d'eau et de couvertures.Hurlant "Siniora va t'en", "Mort à l'Amérique, mort à Israël", agitant des drapeaux libanais, rouges et blancs frappés du Cèdre vert, la marée humaine avait envahi à la mi-journée les abords du palais du gouvernement et les deux grandes places du centre de Beyrouth.Fouad Siniora a rétorqué que son gouvernement "ne cèdera pas" aux tentatives de rétablir la "tutelle" étrangère sur le Liban. Il faisait allusion aux 29 années de présence syrienne au Liban (1976-2005), qui ont pris fin en avril 2005 sous la pression de la communauté internationale et de la rue. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.