Proche-Orient: poursuite des raids au Liban

BEYROUTH - L'aviation israélienne n'a laissé aucun répit aux combattants du Hezbollah dans le sud du Liban. La secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice était samesi soir à Jérusalem alors qu'elle a été l'objet d'accusations du chef du Hezbollah.Mme Rice a rencontré dans la soirée le Premier ministre israélien Ehud Olmert à Jérusalem, quelques heures après que les autorités israéliennes eurent rejeté une trêve de 72 heures demandée par le coordinateur des affaires humanitaires de l'ONU, Jan Egeland, afin d'évacuer les blessés et d'acheminer vivres et médicaments dans la zone de conflit."Une trêve temporaire de 72 heures n'est pas utile parce qu'Israël a ouvert un corridor humanitaire permettant d'entrer au Liban et d'en sortir", a déclaré le porte-parole du gouvernement israélien Avi Pazner. Un haut fonctionnaire a lui déclaré que le Hezbollah profiterait d'une trêve "pour rassembler des civils dans les zones de combats afin de les utiliser comme bouclier humain".Cette visite de Mme Rice, la seconde en moins d'une semaine, a pour mission de tenter d'y instaurer "une paix et une stabilité durables", selon le président George W. Bush.A l'issue de leur rencontre vendredi à la Maison Blanche, M. Bush et le premier ministre britannique Tony Blair avaient refusé d'appeler à un cessez-le-feu immédiat. Samedi, le président américain a estimé que le conflit au Liban était "douloureux et tragique" mais qu'il constituait une "occasion" pour de grands changements au Proche-Orient.Mme Rice doit s'entretenir dimanche avec la ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni et le ministre de la Défense Amir Peretz. Elle rencontrera également le premier ministre libanais Fouad Siniora lors de son séjour au Proche-Orient.Dans un discours diffusé par Al-Manar, la télévision du Hezbollah, le chef de la formation chiite Hassan Nasrallah a accusé Mme Rice de vouloir imposer au Liban les "conditions" des Etats-Unis. Il a averti que les villes du centre d'Israël seraient la cible des missiles du Hezbollah si l'Etat hébreu "poursuit son agression contre (le) peuple" libanais.Vendredi, la ville d'Afoula, à 47 km de la frontière, avait été frappée par cinq missiles sol-sol. "Afoula n'est qu'un début", a affirmé le chef du Hezbollah. La principale ville de la région centre est Tel Aviv, la plus grande métropole du pays.Hassan Nasrallah a aussi affirmé que l'Etat hébreu n'avait atteint "aucun objectif militaire". /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.