Proche-Orient: un demi-million de déplacés sur les routes du Liban

BEYROUTH - Au moins un demi-million de Libanais déplacés par le conflit entre Israël et le Hezbollah ont pris la route depuis la fin des combats lundi pour regagner le sud du pays. Cet exode provoque une quasi-paralysie du réseau routier libanais, selon le HCR.Les projets de déploiement de troupes au Liban sud se sont par ailleurs accélérés afin de consolider la fragile trêve. L'armée libanaise prévoit de commencer à se déployer "dans les tout prochains jours".Cette dernière n'exerce plus son autorité au sud du fleuve Litani, zone sous contrôle du Hezbollah, depuis 1968. L'ONU, pour sa part, souhaite qu'une avant-garde de plus de 3000 hommes soit déployée sur le terrain au Liban dans 15 jours maximum.Après 34 jours d'une guerre qui a dévasté le Liban, le cessez-le-feu demeure fragile. Le parti chiite a proclamé lundi son refus d'un désarmement immédiat et l'Etat hébreu sa volonté de poursuivre les miliciens "en tout lieu et tout temps".En attendant, encouragé par la trêve, un flot continu de voitures a acheminé des milliers de Libanais vers les villes et villages qu'ils avaient désertés. Les routes ont été engorgées par de nombreux bouchons, entre Beyrouth et le sud.Mardi, il fallait douze heures pour rallier Tyr, au sud, depuis Beyrouth (83 km), contre une heure environ en temps habituel et six heures lundi, ont rapporté des voyageurs.Mercredi le trafic était toujours aussi congestionné et il fallait près d'une heure et demie pour effectuer le trajet Beyrouth-Damour (à peine 20 km au sud) contre 20 minutes d'ordinaire, a rapporté un témoin.Près d'un million de personnes ont été déplacées à l'intérieur du Liban et hors de ses frontières depuis le 12 juillet par le conflit entre Israël et le Hezbollah. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.