Rencontre Bush-Blair: tous deux admettent des erreurs Irak

WASHINGTON - George W. Bush et Tony Blair ont reconnu lors d'une réunion à Washington que des erreurs avaient été commises en Irak. Mais les deux responsables ont réaffirmé leur volonté de poursuivre sur la voie engagée et leur refus de s'engager à une baisse de troupes."La décision de chasser Saddam Hussein du pouvoir était controversée. Nous n'avons pas trouvé les armes de destruction massives que nous croyions tous trouver, et cela a incité les gens à se demander si le sacrifice consenti en Irak en valait la peine", a dit le président américain George W. Bush."En dépit des revers et des faux-pas, je crois fermement que nous avons fait, et que nous faisons, ce qu'il faut. Si Saddam Hussein était encore au pouvoir aujourd'hui, son régime serait plus riche, plus dangereux et représenterait une menace plus grande pour la région et le monde civilisé", a-t-il ajouté.Interrogé sur les erreurs qu'il regrettait le plus, M. Bush s'est livré à un rare exercice d'autocritique, sans toutefois remettre en cause le bien-fondé de l'invasion de l'Irak en mars 2003.Il a regretté ses expressions à l'emporte-pièce, comme quand il a déclaré vouloir la capture d'Oussama ben Laden "mort ou vif". Mais la "plus grosse erreur" commise par les Etats-Unis a consisté dans les exactions commises par des militaires américains contre des détenus irakiens dans la prison d'Abou Ghraib, a-t-il dit avec humilité.Le président américain a refusé une nouvelle fois de fixer un calendrier de retrait de troupes, malgré l'installation du premier gouvernement permanent de l'après-Saddam Hussein. "Les troupes resteront sur le terrain le temps nécessaire pour parvenir à la victoire", a-t-il dit. Les Etats-Unis comptent 133'000 soldats en Irak, la Grande-Bretagne 8000.Le premier ministre britannique Tony Blair a lui estimé "possible" que les forces irakiennes assument la sécurité dans tout le pays d'ici à fin 2007, comme l'a prédit Nouri Al-Maliki. "Mais lorsque le premier ministre (irakien) a parlé de fixer un calendrier, ce qu'il voulait dire était un calendrier décidé par les conditions sur le terrain". /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.