Suède: victoire de la droite aux législatives, selon les chaînes tv

STOCKHOLM - La gauche a perdu les élections législatives en Suède selon les sondages sortie des urnes des télévisions du pays. L'opposition de centre-droit menée par Fredrick Reinfeldt est donnée gagnante avec une avance d'au moins 2% des voix.La victoire de la droite, si elle se confirme, serait un tremblement de terre politique en Suède où la social-démocratie s'est maintenue 65 ans au pouvoir sur les 74 dernières années en créant un Etat-providence auquel les Suédois ont prouvé leur attachement.La coalition de droite obtiendrait 49,7% des voix, selon la chaîne publique de la télévision suédoise, et le bloc de gauche (sociaux démocrates, verts et anciens communistes) 45,6 %, selon la chaîne privée de la télévision suédoise. La chaine privée TV4 a donné un écart plus serré avec 48,6% des voix pour l'opposition de droite et 46,7 % pour la gauche.Les analystes interrogés par les télévisions sur ces résultats donnés quelques minutes après la clôture des bureaux de vote, ont toutefois prôné la prudence car les scores sont très rapprochés.L'Alliance, la coalition de centre-droit de Fredrik Reinfeldt, 41 ans, a fait campagne avec la promesse de remettre le pays au travail, face au Premier ministre Göran Persson, qui briguait un troisième mandat consécutif.Quelque 6,8 millions d'électeurs étaient appelés à élire 349 députés selon un mode de scrutin proportionnel plurinominal à un tour. En Suède, le chef du parti qui obtient la majorité, même relative, est appelé à former le gouvernement.Selon les sondages sortie des urnes, le parti de Reinfeldt, les Modérés, ferait un bond en avant en obtenant 28,5% des voix, soit 13 points de plus qu'aux dernières législatives en 2002. Les sociaux-démocrates recueilleraient 35,2% des scrutins, une perte de 4,6 points.Göran Persson, qui a 57 ans et dix ans passés à la tête du gouvernement suédois, semble être victime de l'usure du pouvoir. Face à lui, Fredrik Reinfeldt, qui conduisait pour la première fois la droite aux législatives, affiche sa jeunesse, et l'attrait de la nouveauté. S'il n'a aucune expérience du pouvoir exécutif, il s'est imposé comme le fédérateur de l'opposition avec un programme commun pour gouverner.Il propose de diminuer les impôts pour les tranches inférieures des salaires et de réduire les généreuses indemnités d'allocation chômage longue durée. Il est en outre favorable à des privatisations. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.