Tabagisme au travail: bénéfices d'une interdiction évalués

MUNICH - L'interdiction de fumer sur le lieu de travail pourrait réduire de 8% l'incidence des cancers du poumon et jusqu'à 30% l'apparition d'asthme ou de bronchite chronique. C'est ce qu'indique une étude présentée au 16e congrès européen de pneumologie.Un total de 7,5 millions de personnes sont exposées au tabagisme passif sur leur lieu de travail dans 14 pays de l'Union européenne, et 24,6 millions aux Etats-Unis, selon cette étude présentée à Munich par Maritta Jaakkola, réalisée par des universités de Birmingham (Royaume-Uni) et Oulu (Finlande).L'Espagne et les Pays-Bas sont les pays qui ont les plus fortes proportions d'adultes exposés à la fumée des autres. Les plus faibles proportions se trouvent dans les pays nordiques ayant adopté les premiers des législations antitabac comme la Finlande.Selon les calculs de la chercheuse Maritta Jaakkola, une législation antitabac sur les lieux de travail permettrait d'éviter 4% à 9% des cancers du poumons et des maladies coronariennes dans des pays comme l'Espagne ou les Pays-Bas, et de 8% à 32% des bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO), des cas d'asthme et des pneumonies sévères.En Belgique, en Allemagne, en France et au Royaume-Uni, qui ont des expositions légèrement plus faibles, ce sont de 4% à 18% des maladies concernées qui pourraient être évitées.Luk Joossens, de l'Association européenne des ligues anticancer à ce congrès de la Société européenne de pneumologie (ERS) a dressé une sorte de "hit parade" des législations nationales dans trente pays, prenant en compte l'interdiction de fumer dans les restaurants ou les transports publics, les aides offertes pour une désaccoutumance tabagique et leur remboursement, les interdictions de la publicité pour le tabac, ou encore le prix des cigarettes les plus populaires.En tête du classement, viennent l'Irlande, le Royaume-Uni, la Norvège ou l'Islande, tandis que se retrouvent en queue de peloton le Luxembourg (dernier), l'Autriche et l'Espagne, la Suisse, l'Allemagne et la Grèce.Une bonne nouvelle ressort toutefois du travail présenté par Christer Janson de l'université d'Uppsala (Suède), provenant d'une vaste enquête européenne sur la santé respiratoire des Européens, réalisée en deux temps avec neuf ans d'écart. Depuis le début de l'enquête, le nombre d'individus non-fumeurs exposés, en général, au tabagisme passif a décliné de 50% en Europe. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.