Téhéran rejette l'offre américaine d'un dialogue sous condition

VIENNE/TéHéRAN - L'Iran a rejeté l'offre américaine d'un dialogue direct avec les USA sur son programme nucléaire à condition qu'il suspende son enrichissement d'uranium. Ce refus intervient alors que les grandes puissances ont entamé des consultations à Vienne."Nous soutenons un dialogue juste et impartial, mais nous ne discuterons pas de nos droits inaliénables et légitimes", soit l'enrichissement d'uranium, a déclaré à la presse le ministre iranien des affaires étrangères Manouchehr Mottaki.Le chef de la diplomatie iranienne a également estimé que l'offre américaine n'apportait "rien de nouveau".Le porte-parole du ministère, Hamid Reza Assefi a été plus loin. Il a jugé que "les déclarations de (Condoleezza) Rice sont des slogans et manquent de fondement solide".La secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice a annoncé mercredi que les Etats-Unis étaient prêts à discuter directement avec Téhéran aux côtés des Européens, mais à condition que l'Iran suspende son enrichissement d'uranium.Le président américain George W. Bush a mis en garde l'Iran contre l'entrée en action du Conseil de sécurité de l'ONU s'il refuse cette condition. "Si telle est leur décision, la prochaine étape, bien sûr, consistera pour nos partenaires de la coalition à aller devant le Conseil de sécurité des Nations unies", a-t-il déclaré.Ses propos n'ont pas clairement confirmé que Moscou et Pékin aient souscrit à une éventuelle résolution de la crise par le Conseil de sécurité, ni même à de possibles sanctions.Les ministres des affaires étrangères des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU (Etats-Unis, Grande-Bretagne, France, Russie et Chine) et l'Allemagne se sont pour leur part réunis à Vienne pour tenter de finaliser une offre de coopération assortie de sanctions.De nombreux pays ont accueilli favorablement l'offre américaine de dialogue à Téhéran. Le premier ministre français Dominique de Villepin a salué "une étape importante, pour ne pas dire décisive". Margaret Beckett y a vu quant à elle "une véritable chance" de parvenir à un accord entre l'Iran et la communauté international. /ATS
Partager
Link

Galerie photos liée

29.06.2011
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.