Tribunal Hariri: l'opposition libanaise crie à la mise sous tutelle

BEYROUTH - L'opposition libanaise, proche de Damas, a largement critiqué la décision d'imposer un tribunal international pour juger les assassins de l'ancien premier ministre Rafic Hariri. Elle y voit une mise sous tutelle du pays qui pourrait conduire à des violences.Pour le puissant mouvement chiite Hezbollah, la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU "viole la souveraineté du Liban" et est "illégitime et illégale". Elle est "contraire aux règles internationales et à la charte de l'ONU", a indiqué le Hezbollah dans un communiqué.Le président du parlement et dirigeant de premier plan de l'opposition Nabih Berri a également accusé le Conseil de sécurité d'ignorer la Constitution du pays des Cèdres. Pour ce proche allié de la Syrie, hostile à cette juridiction parrainée par Washington, Londres et Paris, les Quinze ont ignoré l'indispensable "consensus libanais" sur cette question ultrasensible.La presse proche de l'opposition s'est aussi montrée sceptique. "New York impose le tribunal au Liban ... Qui imposera l'entente entre Libanais?" s'interroge le quotidien "as-Safir" alors que son confrère "Ad-Diyar" y voit "un plan d'internationalisation qui permettra à Washington de diriger le Liban par le biais du tribunal".Juste avant le vote de l'ONU, la Syrie a averti que la mise en place du tribunal sous le chapitre VII pourrait entraîner une "détérioration" de la situation au Liban où la violence avait redoublé ces dernières semaines.Le premier ministre libanais Fouad Siniora s'est empressé d'être rassurant envers la Syrie voisine, qui boycotte pourtant son gouvernement. Le tribunal n'est "dirigé contre personne, et en particulier pas contre la Syrie soeur", a-t-il déclaré. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.