Une série de raids israéliens tue 9 Palestiniens, dont 2 enfants

BERNE - L'armée israélienne a mené une série de raids aériens et de bombardements qui ont visé notamment une plage de la bande de Gaza. Au moins neuf Palestiniens, dont deux enfants, ont perdu la vie et des dizaines de personnes ont été blessées.Selon des sources médicales, au moins six Palestiniens, dont une mère et ses deux enfants, ont été tués et plus de 35 blessés par des tirs d'obus israéliens sur une plage dans la bande de Gaza. Vendredi est jour férié pour les Palestiniens et nombre d'entre eux se rendent à la plage.Une porte-parole de l'armée israélienne a indiqué qu'elle vérifiait ces informations et qu'à sa connaissance, seule la marine de guerre avait ouvert le feu contre des cibles palestiniennes sur la plage.Toujours selon des sources médicales, Tsahal a aussi lancé quatre raids contre des activistes palestiniens, dont ceux du mouvement islamiste Hamas qui dirige le gouvernement palestinien. Trois personnes ont été tuées dans l'une des attaques à Beit Lahya, dans le nord de la bande de Gaza.Ces opérations interviennent au lendemain d'un raid contre le chef des Comités de la Résistance populaire, un groupe radical palestinien. Jamal Abou Samhadana, qui était recherché par Israël et avait déjà échappé à deux tentatives ciblées d'assassinat, a été tué près de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, selon un porte-parole des Comités.Les obsèques du leader ont eu lieu vendredi. Des milliers de Palestiniens y ont pris part, criant vengeance. "Abou Ataya est le Zarqaoui de Palestine," ont-ils scandé, se référant à Abou Moussab al-Zarqaoui, le chef d'Al-Qaïda en Irak tué mercredi dans un raid aérien américain.Le gouvernement palestinien dirigé par le Hamas a mis en garde contre les "répercussions" de cet assassinat. "Israël est responsable des conséquences de ce crime et des représailles de la résistance", a affirmé le porte-parole du gouvernement, Ghazi Hamad."C'est une étape dangereuse car Israël vise des membres officiels du gouvernement", a ajouté M. Hamad. Jamal Abou Samhadana avait en effet été nommé le 20 avril "superviseur" au sein du ministère de l'intérieur par le cabinet Hamas mais on ignore s'il exerçait de réelles fonctions au sein du ministère.Sa nomination, invalidée par un décret présidentiel de M. Abbas, avait été dénoncée par Israël et le département d'Etat américain. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.